Afghanistan : un journaliste américain et son interprète tués par un obus

le , mis à jour à 11:38
0
Afghanistan : un journaliste américain et son interprète tués par un obus
Afghanistan : un journaliste américain et son interprète tués par un obus

Les hommages s'enchaînent ce lundi, de John Kerry au président afghan, après le décès du journaliste américain David Gilkey et de son confrère afghan Zabihullah Tamanna, tués par un tir d'obus dans une région instable du sud de l'Afghanistan.

David Gilkey, un photojournaliste âgé de 50 ans et son interprète afghan Zabihullah Tamanna, 38 ans, ont trouvé la mort dimanche lorsqu'un convoi de l'armée afghane dans lequel ils se trouvaient a été atteint par un obus dans la province de Helmand, dans le sud de l'Afghanistan, a annoncé la radio publique américaine NPR.

Le véhicule de l'armée afghane dans lequel les deux hommes se trouvaient a été touché près de la localité de Marjah, où ils comptaient couvrir une opération militaire. Deux autres journalistes de NPR, le reporter Tom Bowman et la productrice Monika Evstatieva, qui voyageaient avec Gilkey mais dans un autre véhicule, n'ont pas été blessés. La province de Helmand, un centre de production de l'opium, est un bastion des talibans. Elle est presque entièrement sous le contrôle des insurgés.

«David couvrait les guerres et les conflits en Irak et en Afghanistan depuis le 11-Septembre. Il se consacrait à aider le grand public à voir ces guerres et les gens qui sont pris au milieu d'elles. Il est mort en défendant cet engagement», a déclaré Michael Oreskes, un haut responsable de NPR. «En tant qu'homme et en tant que photojournaliste, David Gilkey mettait en valeur l'humanité de tous ceux qui se trouvaient autour de lui», a ajouté M. Oreskes. Le président de NPR, Jarl Mohn, s'est déclaré «bouleversé» par l'annonce de la mort de David Gilkey.

«Des événements horribles comme celui-là nous rappellent le rôle important que jouent les journalistes dans la vie des Américains. (Les journalistes) nous aident à comprendre (le monde) au delà des gros titres et à voir l'humanité dans les autres», a écrit M. Mohn. De nombreux collègues de David Gilkey ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant