Afghanistan-Plusieurs attaques suicides font des dizaines de morts

le
0
 (Actualisé avec nouveau bilan, communiqué du président, 
contexte) 
    par Mirwais Harooni 
    KABOUL, 27 février (Reuters) - Un kamikaze a fait exploser 
la bombe qu'il portait samedi près du ministère afghan de la 
Défense, faisant de nombreuses victimes quelques heures après la 
mort de 13 personnes dans une attaque dans la province orientale 
de Kunar, des violences qui risquent de compromettre la reprise 
de pourparlers de paix. 
    L'attaque de Kaboul, commise à l'heure de la sortie des 
bureaux, a tué 15 personnes et en a blessé 33 autres, pour la 
plupart des fonctionnaires de la défense, a précisé un 
porte-parole du ministère. 
    "J'allais traverser le pont au moment où j'ai entendu une 
explosion", a déclaré un témoin qui a dit s'appeler Zulgai. "Je 
suis venu sur place et j'ai vu jusqu'à 30 personnes tuées et 
blessées. Il y avait des voitures endommagées et des fenêtres 
brisées partout." 
    Les taliban ont revendiqué l'attaque et leur porte-parole, 
Zabihullah Mujahid, a fait état de 23 soldats morts et 29 autres 
blessés. Selon lui, aucune victime civile n'est à déplorer. 
    Plus tôt à Asadabad, chef-lieu de la province de Kunar, un 
kamikaze a tué le commandant d'une milice locale et au moins 12 
autres personnes à l'extérieur d'un bâtiment gouvernemental. 
    Selon le gouverneur provincial, Wahidullah Kalimzai, 
l'auteur de l'attentat a précipité sa moto sur le bâtiment avant 
de se faire exploser et de blesser au moins 40 personnes. 
    Cette attaque n'a pas été immédiatement revendiquée mais le 
commandant de milice local tué, Hadji Khan Jan, était lié de 
près à des opérations menées contre les taliban dans la région 
l'an dernier. 
    Ces deux attaques ont eu lieu alors que le gouvernement 
afghan et ses partenaires pakistanais, chinois et américains 
s'efforcent de convaincre les insurgés islamistes de revenir à 
la table des négociations. 
    Ce projet ne fait pas l'unanimité au sein des taliban, 
déchirés entre factions rivales depuis l'annonce de la mort de 
leur dirigeant historique, le mollah Omar. 
    Les promoteurs de la reprise des pourparlers interrompus 
l'an dernier espère qu'elle pourra avoir lieu à Islamabad dès la 
semaine prochaine. 
    Dans un communiqué publié après l'attaque d'Asadabad, le 
président Ashraf Ghani a déclaré que son gouvernement ne 
participerait pas à des discussions avec des groupes ayant tué 
des innocents et il a assuré que les forces de sécurité allaient 
intensifier le combat contre le terrorisme.  
     
 
 (avec Mohammad Anwar à Asadabad et Sayed; Hassib à Kabul; 
Nicolas Delame et Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant