Afghanistan-Manifestation pour les frères Kouachi, ces "héros"

le
1

par Sayed Sarwar Amani KANDAHAR, Afghanistan, 10 janvier (Reuters) - Des centaines d'Afghans se sont rassemblés dans le sud du pays en hommage aux frères Chérif et Saïd Kouachi, qu'ils ont qualifiés de héros pour avoir tué 12 personnes dans un attentat contre l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, ont annoncé samedi les autorités. La manifestation, qui a eu lieu dans la province d'Uruzgan, visait aussi le président Ashraf Ghani, qui a condamné l'attentat de mercredi à Paris. Charlie Hebdo avait provoqué de vives protestations dans le monde musulman à partir de février 2006 avec la publication des caricatures de Mahomet du journal danois Jyllands-Posten. La manifestation est intervenue après la prière du vendredi dans une mosquée du district de Chora, a indiqué le chef de la police locale, Abdul Qawi. "Les manifestants appelaient les agresseurs des héros. Ils criaient que ceux qui se sont moqués du prophète Mahomet avaient été punis", a ajouté le policier. La plupart des musulmans jugent blasphématoire le fait de représenter le prophète. La police avait été informée de la manifestation, autorisée dans le cadre de la liberté d'expression prévue par la constitution, a indiqué le responsable de la police au niveau de la province, Matiullah Khan. La manifestation s'est déroulée sans incident, a-t-il dit. Le président Ghani a condamné l'attentat contre Charlie Hebdo dès jeudi. "Il n'y a pas de justification à cet acte cruel", a-t-il déclaré. La société afghane reste une société profondément conservatrice d'un point de vue religieux plus de 13 ans après la fin du régime fondamentaliste taliban, renversé par les forces internationales menées par les Etats-Unis pour avoir protégé des chefs d'Al Qaïda soupçonnés d'avoir préparé les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington. Les critiques contre l'islam ont parfois déclenché des manifestations violentes en Afghanistan. En avril 2011, un exemplaire du Coran avait été brûlé par un pasteur américain en Floride, déclenchant trois jours de manifestations dans tout le pays lors desquelles sept employés des Nations unies avaient été tués. Toutefois cette semaine, de nombreux Afghans ont fait part de leur consternation après l'attentat contre Charlie Hebdo, estimant que tourner l'islam et le prophète en dérision ne justifiaient pas un bain de sang. "Par solidarité avec le peuple de France, nous condamnons fermement cet attentat barbare contre #CharlieHebdo", a déclaré un Afghan sur Twitter. "Le terrorisme n'a pas de race, de religion ou de pays. Le terrorisme est l'ennemi de chacun", disait un autre tweet. (Avec Hamid Shalizi; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcelac le lundi 12 jan 2015 à 18:32

    tu prends une arme et tu fais feu sur des civils. Pour qualifier ces criminels de héros, faut etre gravement atteint de débilité profonde