Afghanistan : enquête après la mort d'un soldat français

le
0
Afghanistan : enquête après la mort d'un soldat français
Afghanistan : enquête après la mort d'un soldat français

Dans quelles circonstances est mort l'adjudant Gwénaël Thomas ? Une enquête est en cours pour déterminer les causes du décès de ce sous-officier français, retrouvé mort le 5 août dans la zone militaire française de l'aéroport de Kaboul, en Afghanistan, a indiqué mercredi l'état-major des armées. C'est Ouest-France, via le blog spécialisé «Lignes de défense» qui a révélé le premier le décès du militaire. Selon un porte-parole de l'état-major interrogé, le décès de l'adjudant Gwénaël Thomas «n'est pas la conséquence d'une attaque ou d'une mort au combat».

Le ministère de la Défense n'a pas annoncé le décès du militaire au moment des faits en raison de l'enquête, a-t-on précisé de même source. Selon «Lignes de défense», le sous-officier serait mort par balle, ce que l'état-major n'a pas confirmé. On ignore s'il s'agit d'un acte volontaire du soldat, d'un accident ou si ce dernier est mort dans d'autres circonstances.

89 soldats français sont morts en Afghanistan

Agé de 39 ans, l'adjudant Thomas était marié et père de 3 enfants. Il était en Afghanistan depuis mars 2013. Entré à 17 ans à l'école technique de l'armée de l'air, il avait effectué de nombreuses missions extérieures en 22 ans de service, notamment en Bosnie (1998), Macédoine (2002), au Liban (2006), en Côte d'Ivoire (2007), au Tchad (2008) et au Mali début 2013, a indiqué le service de communication de l'armée de l'Air.

Ses obsèques devaient se dérouler vendredi à Redon (Ille-et-Vilaine).

Son décès porte à 89 le nombre de soldats français morts en Afghanistan, tués au combat, accidentellement, par suicide ou de mort naturelle, depuis le début de la présence française au sein de la force multinationale dans ce pays, fin 2001. Environ 500 militaires français sont encore présents en Afghanistan, essentiellement sur l'aéroport de Kaboul, après le retrait de l'essentiel des troupes et du matériel français, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant