Affrontements meurtriers dans un camp de l'Onu au Soudan du Sud

le
0
    JUBA, 19 février (Reuters) - Des affrontements ethniques 
dans un camp de réfugiés des Nations unies au Soudan du Sud ont 
fait 18 morts, dont deux employés de Médecins sans frontières 
(MSF), annonce l'organisation humanitaire dans un communiqué. 
    De nombreux Sud-Soudanais vivent dans des camps administrés 
par l'Onu depuis que le pays a plongé dans la guerre civile fin 
2013 à la suite d'une dispute politique entre le président Salva 
Kiir et son ancien vice-président Riek Machar. 
    La mission de l'Onu au Soudan du Sud avait avancé jeudi soir 
un bilan de cinq morts et 30 blessés après les heurts intervenus 
la veille entre des jeunes de deux ethnies rivales, les Shilluk 
et les Dinka, dans le camp de Malakal. 
    Mais MSF indique dans son communiqué que 18 personnes sont 
mortes et que 36 autres ont été soignées, dont 25 pour des 
blessures par balles. 
    "Cette attaque contre les civils est scandaleuse et nous 
demandons aux groupes armés de mettre fin à ce genre d'actions", 
déclare Marcus Bachmann, coordinateur des projets de l'ONG au 
Soudan du Sud. 
    Deux employés sud-soudanais de MSF figurent au nombre des 
victimes, précise le communiqué. 
     
 
 (Denis Dumo; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant