Affrontements de lundi à Kiev : décès de trois policiers, 141 blessés

le , mis à jour à 13:24
0
Affrontements de lundi à Kiev : décès de trois policiers, 141 blessés
Affrontements de lundi à Kiev : décès de trois policiers, 141 blessés

Le bilan s'alourdit à trois morts à Kiev où un troisième policier a succombé, mardi, à ses blessures au lendemain des affrontements devant le parlement à Kiev entre forces de l'ordre et militants d'extrême droite opposés à une réforme constitutionnelle.«Un membre de la Garde nationale de plus a succombé à ses blessures à la suite de l'explosion d'une grenade (...) Cela fait mal», a écrit sur son compte Twitter le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov. Un peu plus tard, Kiev a encore annoncé le décès d'un autre policier blessé la veille.

Ces décès porte le bilan des violences à trois policiers tués et 141 personnes hospitalisées, dont 6 policiers toujours dans un état grave, selon les derniers chiffres annoncés par le ministère. Ces policiers souffrent de blessures au ventre, au poumon et à la tête, a pour sa part précisé Olga Bogomolets, députée et conseillère du président Petro Porochenko chargée des questions humanitaires.

Lundi, l'adoption par le Parlement d'un projet de loi sur la décentralisation octroyant une plus grande autonomie aux régions séparatistes en guerre avec Kiev a tourné à l'affrontement entre les forces de l'ordre et des militants d'extrême droite opposés à cette réforme. «Nous avons trouvé les auteurs, nous trouverons également les organisateurs», a assuré mardi le président Petro Porochenko, qui avait déjà promis la veille de «châtier sévèrement les responsables».

Jets de grenades fumigènes et d'un engin explosif

Selon une porte-parole de la police de Kiev, Oksana Blychtchyk, le chef du parti d'extrême droite Svoboda, Oleg Tiagnybok, sera interrogé par la police pour l'implication des membres de son parti dans les violences. C'est la première fois depuis le soulèvement proeuropéen de Maïdan durant l'hiver 2013-2014, qui avait conduit à la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch, que la capitale ukrainienne est le théâtre de telles violences. Dix-huit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant