Affrontements avec la police dans un camp de Roms près de Lyon

le
2

LYON (Reuters) - Une opération de police mouvementée a été menée mardi soir dans un camp de Roms de Saint-Fons (Rhône), le plus important de l'agglomération lyonnaise avec près de 200 personnes, a-t-on appris mercredi auprès des occupants du camp et de la police.

Selon les occupants et les militants associatifs qui les accompagnent, plusieurs dizaines de policiers ont s'en sont pris aux caravanes, aux voitures et aux occupants du camp.

"Les Roms décrivent tous l'irruption d'une trentaine de policiers en tenue de commando, équipés de boucliers, de casques, de tasers, de flashballs et de chiens", rapporte Jean Philip, militant du Mrap (Mouvement contre le raciste et pour l'amitié entre les peuples). "Ils ont brisé des vitres de voitures, cassé les portes des cabanes occupées et aspergé les intérieurs de gaz lacrymogènes."

Sandu, un des occupants du camp de Saint-Fons affirme qu'il était seul dans sa cabane lorsqu'un policier est entré.

"Il a aspergé l'intérieur de gaz lacrymogène puis refermé la porte. Je n'ai pas pu sortir, car le policier bloquait la porte. J'ai cru que j'allais mourir", a-t-il dit.

La direction départementale de la sécurité publique indique de son côté "qu'une équipe de police a été victime de jets de projectiles dont un a brisé la lunette arrière du véhicule et atteint le chauffeur".

"Suite à ces faits, une opération de police a été organisée afin d'identifier et d'interpeller les auteurs", poursuit-elle. "Au cours de leur progression dans le parc, les policiers ont été confrontés à une trentaine d'individus hostiles qui s'est opposée à leur présence."

"Cela ressemble à une expédition punitive pour se venger d'un caillassage qui reste inadmissible" considère pour sa part Jean Philip. "Dans un pays de droit, ce n'est pas ainsi que la police doit régler ce genre d'affaire".

Les responsables associatifs affirment qu'ils n'y a eu "ni contrôles d'identité, ni bagarres, ni interpellations" lors de cette opération. Plusieurs plaintes devraient être déposées mercredi par les occupants du camp.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M566619 le mercredi 9 jan 2013 à 20:56

    "Dans un pays de droit, ce n'est pas ainsi que la police doit régler ce genre d'affaire" déclare un militant du MRAP qui devrait réfléchir avant de dire des bêtises.Effectivement ce devrait être à la justice de le faire en prononçant de très lourdes peines à l'égard des Roms qui ont jeté des pierres.

  • docteur7 le mercredi 9 jan 2013 à 19:39

    Il suffit de rendre la vie en France moins facile qu'en Roumanie pour qu'ils n'aient plus envie d'y rester ...