Afflux de réfugiés à Athènes : des maires s'alarment des conditions sanitaires

le , mis à jour à 14:00
0
Afflux de réfugiés à Athènes : des maires s'alarment des conditions sanitaires
Afflux de réfugiés à Athènes : des maires s'alarment des conditions sanitaires

Alors que plusieurs milliers de réfugiés s'entassent à Hellinikon, dans la banlieue d'Athènes, cinq maires des communes limitrophes ont protesté contre cette situation auprès du Premier ministre Alexis Tsipras. «Les conditions sont hors contrôle et présentent des risques énormes pour la santé publique», préviennent-ils dans une lettre publiée mercredi. Depuis plus d'un mois , ce sont 4.153 réfugiés, dont de nombreuses familles, qui séjournent dans des conditions misérables dans l'ancien aéroport d'Athènes et d'anciens sites olympiques.

«Le nombre de personnes est beaucoup plus élevé que la capacité de ces lieux et il y a de sérieux problèmes d'hygiène», explique Dionyssis Hatzidakis, maire de Phalère. Les autres signataires sont ses homologues d'Hellinikon, Alimos, Glyfada et Voula, les banlieues aisées du bord de mer d'Athènes. Ils invoquent un document du Centre grec de prévention des maladies (KEELPNO) relevant «le danger de contagion des maladies en raison des conditions d'hébergement inacceptables» dans ce site où il n'y a que «40 toilettes chimiques».

Les cinq maires s'inquiètent également «des tensions et d'incidents violents quotidiens entre les réfugiés ou migrants» et réclament au ministère de l'Intérieur «un renforcement du nombre de policiers». «Nous lançons un appel à l'aide pour protéger la santé publique et la sécurité à la fois des réfugiés et des populations locales», conclut leur lettre.

Une jeune Afghane décédée des suites d'une insuffisance cardiaque

Ce cri d'alarme intervient au lendemain de la mort d'une Afghane de 17 ans qui vivait avec ses parents à Hellininkon après six jours d'hospitalisation dans un hôpital d'Athènes. Sa mort n'est pas liée aux conditions d'hygiène mais à une insuffisance cardiaque sévère dont elle souffrait, aggravée par un éprouvant voyage vers la Grèce, a indiqué le médecin qui l'avait transférée à l'hôpital, cité par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant