Affichage anti-migrants à Béziers : la justice rejette le recours des associations

le
4
Affichage anti-migrants à Béziers : la justice rejette le recours des associations
Affichage anti-migrants à Béziers : la justice rejette le recours des associations

Le juge des référés du tribunal administratif de Montpellier (Hérault) a rejeté ce lundi une requête en injonction contre la commune de Béziers. Deux associations contestent des affichages et publications portant sur les migrants. La commune est dirigée par Robert Ménard, proche du Front national.

 

Les associations Esprit libre et Cultures solidaires ont saisi la justice selon la procédure de référé liberté, destinée à permettre de faire cesser, en urgence, les atteintes graves portées aux libertés fondamentales par une autorité administrative. Elles dénoncent une campagne de «propagande», «xénophobe et raciste» du maire. Les associations ont demandé que la commune procède à la suppression, d'une part, d'affiches municipales sur lesquelles était écrit «Migrants - sujet interdit ? Référendum !» et, d'autre part, de passages d'éditions du bulletin municipal intitulés «Immigration, islam, France... Robert Ménard dit tout» et «Pourquoi nous ne voulons pas des migrants : les 8 raisons de notre refus».

 

Le juge des référés, constatant que les affiches incriminées ont été retirées avant l'audience de vendredi, a estimé que la demande des associations portant sur ce point était «sans objet». Il a ensuite considéré que les articles en cause du bulletin municipal «ne se sont pas limités à une information relative aux réalisations et à la gestion du conseil municipal et ont ainsi dépassé la vocation dévolue à un tel bulletin» par le code général des collectivités territoriales et «méconnu le principe de neutralité du service public». Mais il a jugé que la seule publication de ces articles ne justifiait pas d'ordonner en urgence «une quelconque mesure en vue de sauvegarder une liberté fondamentale», rejetant la requête des associations.

 

Le juge administratif souligne cependant que «dès lors que la teneur des articles, seule en cause, leur apparaît constitutive de l'une des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7166371 il y a 3 mois

    quelle blague ! tous les maires font de la propagande dans leur journal municipal , tous hors la loi ?

  • 34flora il y a 3 mois

    ils viennent détruire notre civilisation, notre mode de vie, nos coutumes pour nous imposer leur dogme mortifère par la force.

  • mlaure13 il y a 3 mois

    Heureusement que certains gouvernements européens, mais malheureusement pas les plus influents, voient clair.Bravo à nos amis polonais et autres, tel les Wallons qui refuse de signer le CETA avec le Canada !... ;-((

  • mlaure13 il y a 3 mois

    Ceux-là n'ont rien de réfugiés hagards et traumatisés, fuyant les horreurs de la guerre. Ne laissez pas les médias vous intoxiquer .Le Smartphone (à 500 EUR) : l'outil indispensable du "réfugié" du 21ème siècle "fuyant" la guerre et la misère ! Et combien de femmes dans ces réfugiés ? Très peu! Ceci n'est pas du racisme, mais juste un peu de réalisme... et de lucidité...!