Affectées par l'Asie, les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN BAISSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN BAISSE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en repli mercredi, affectées par de nouvelles inquiétudes sur l'économie chinoise et par l'annonce d'un essai nucléaire nord-coréen qui renforce les tensions géopolitiques.

La rechute des cours du pétrole, avec à la clé un nouveau plus bas de 11 ans pour le Brent, pèse également sur la tendance.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 24,69 points ou 0,54% à 4.512,94 points après dix minutes d'échanges, au lendemain d'une avance de 0,34%. À Francfort, le Dax perd 0,57% et, à Londres, le FTSE recule de 0,61%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,55% et le FTSEurofirst 300 0,52%.

La banque centrale chinoise a suscité de nouvelles interrogations sur l'état de la deuxième économie mondiale en fixant un taux moyen de 6,5314 pour la parité du yuan, encore plus faible que le cours de clôture de la veille à 6,5157. Le yuan "offshore" est du coup tombé à un nouveau plus bas depuis octobre 2010 de 6,6956 pour le dollar, une décote de 2,1% par rapport au yuan "onshore" qui encourage les sorties de capitaux.

Du côté des indicateurs, l'indice PMI Caixin/Markit qui mesure l'activité dans le secteur tertiaire chinois est ressorti à son plus bas niveau depuis 17 mois.

L'annonce de l'essai nucléaire nord-coréen renforce par ailleurs les tensions géopolitiques déjà vives après la rupture des relations diplomatiques entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

La Bourse de Tokyo a fini en repli de 0,99% mais les indices boursiers chinois se sont redressés, aidés par des restrictions sur les ventes de titres.

En Europe, tous les indices sectoriels sont orientés à la baisse en début de séance, le recul le plus important revenant au compartiment des ressources de base (-1,35%) sensible à la conjoncture chinoise.

ArcelorMittal, en baisse de 2,43%, accuse la plus forte baisse du CAC devant Publicis (-2,80%) qui pâtit d'un déclassement d'Exane BNP Paribas.

Les groupes miniers cotés à Londres BHP Billiton, Rio Tinto et Antofagasta perdent autour de 4% et les fabricants de semi-conducteurs marquent également le coup après des informations faisant état d'une baisse de la production d'iPhone 6 par Apple en raison d'un ralentissement de la demande]. Infineon, affaibli en outre par un déclassement de Bernstein, perd ainsi près de 4%, la deuxième plus forte baisse du FTSEurofirst 300 après BHP Billiton.

En vue, l'éditeur allemand de logiciels SAP grimpe de 2,37% à 73,12 euros, la meilleure performance du FTSEurofirst 300 et de l'EuroStoxx 50, après des commentaires positifs de Barclays qui a porté son objectif de cours de 80 à 100 euros.

Sur le marché des changes, le dollar s'apprécie légèrement contre l'euro mais recule face au yen qui continue de bénéficier d'un statut de valeur refuge, comme d'ailleurs l'or ou les Bunds, dont le rendement à 10 ans a touché un plus bas depuis le 3 décembre, date de l'annonce d'un nouvel assouplissement monétaire de la part de la Banque centrale européenne (BCE).

Du côté des matières premières, les cours du pétrole sont repartis à la baisse après une éphémère tentative de rebond pendant la nuit. Le Brent de mer du Nord, en repli de 0,66% à 35,76 dollars, a inscrit un nouveau plus bas de 11 ans de 35,71 dollars, enfonçant le précédent seuil de 35,98 touché fin décembre.

(Véronique Tison pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant