Affaire Wallenberg, suite et (peut-être) fin

le
1
Mémorial Raoul Wallenberg à Göteborg, en Suède.  
Mémorial Raoul Wallenberg à Göteborg, en Suède.  

Une des dernières grandes énigmes de la Deuxième Guerre mondiale a peut-être été résolue avec la publication, dans la presse russe, des souvenirs d'un ancien chef du KGB. Raoul Wallenberg, un homme d'affaires suédois qui a contribué à sauver des milliers de juifs hongrois en 1944-1945, a bien été assassiné par les Soviétiques et sur ordre de Staline.

C'est Ivan Serov qui l'affirme, ou plus exactement un document écrit de la main de celui qui fut le premier directeur de la police politique mise en place par le « petit père des peuples ». Ce témoignage a été publié il y a quelques semaines, mais sa découverte remonte à quatre ans.

Une cache dans la datcha

À l'époque, le petit-fils de feu Serov entreprend des travaux dans la datcha ayant appartenu à son grand-père et située à la périphérie de Moscou. En abattant un mur, les ouvriers découvrent plusieurs valises pleines de papiers qui sont autant de témoignages sur la férocité du régime et le rôle joué par Serov en sa qualité de premier flic.

Sur l'un d'eux, la phrase qui confirme ce que les historiens subodoraient depuis longtemps sans pouvoir étayer leurs accusations : « Je n'ai aucun doute que Wallenberg ait été liquidé en 1947. » Et le Kgbiste d'expliquer que l'ordre a été donné par Staline et Vyacheslav Molotov, son ministre des Affaires étrangères, dont le nom est indissociable du Pacte germano-soviétique,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 4 mois

    Cette histoire illustre parfaitement la "morale" soviétique et russe en général.