Affaire Volkswagen : des logiciels «tricheurs» peut-être utilisés par d'autres constructeurs

le , mis à jour à 17:39
6
Affaire Volkswagen : des logiciels «tricheurs» peut-être utilisés par d'autres constructeurs
Affaire Volkswagen : des logiciels «tricheurs» peut-être utilisés par d'autres constructeurs

D'autres constructeurs de voitures diesel pourraient avoir recours à des logiciels «tricheurs». Telles sont les conclusions du rapport final de la commission technique indépendante mise en place par Ségolène Royal après l'affaire Volkswagen. Ce rapport final s'appuie sur les tests effectués sur 86 véhicules (voir encadré).

 

Pointant de «nombreux dépassements» des seuils retenus lors de ces tests, la commission affirme que certains véhicules présentent des «écarts importants» même en conditions d'homologation et appelle à de nouveaux tests, «afin d'évaluer s'ils ne doivent pas faire l'objet d'un retrait de leur certificat d'homologation». Les travaux de la commission, qui se sont appuyés sur des tests effectués par l'organisme UTAC-Ceram, visaient «à faire toute la transparence sur les pratiques de l'industrie automobile et à restaurer la confiance des consommateurs», selon les mots de Ségolène Royal, ministre de l'Environnement.

 

Volkswagen a avoué avoir biaisé les tests 

 

Volkswagen a avoué en septembre 2015 avoir installé sur des véhicules diesel un logiciel destiné à tromper les tests d'homologation, en réduisant temporairement les émissions polluantes, provoquant un scandale planétaire. Les autres constructeurs se sont défendus d'avoir recours à ce dispositif, prohibé par les réglementations européenne et américaine.

 

Mais les experts de la commission française, dont les travaux ont duré huit mois, ont affirmé dans leur rapport qu'«il n'a pas été possible d'avoir accès à l'ensemble des logiciels embarqués, et donc aucune analyse des logiciels n'a été effectuée». «La commission ne peut donc pas se prononcer définitivement sur la présence ou absence de logiciels -tricheurs- dans les véhicules testés», affirme-t-elle.  Même sans accès à ces programmes, les tests ont «décelé un nombre important d'anomalies», qu'il s'agisse des émissions de CO2 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pouvillo il y a 4 mois

    Le prochain attentat contre un ministre, un député...serait, sommes toutes, interessant !Pour que les politiciens voient ce que subissent les français avec les arabes et les migrants...

  • 82554976 il y a 4 mois

    Et pour les élus tricheurs , on fait quoi : démission immédiate et interdiction à vie de candidature à des élections

  • jackie il y a 4 mois

    a l'image de nos politiciens, et de la politique

  • Mig737 il y a 4 mois

    Et qu'est-ce que ça changerait, VW paye quelque chose en Europe pour avoir triché et trompé ses clients? Il dédommage ces derniers? Non, alors toute cette mascarade ne sert à rien!

  • ericlyon il y a 4 mois

    Pour l'instant il n'y a pas d'information. Lorsqu'il y aura une information il ne devra pas y avoir de conditionnel sinon il serait possible d'inventer n'importe quelle information et de la faire précéder d'un conditionnel.

  • JODHY il y a 4 mois

    8 mois d'enquête pour nous dire que surement tout le monde triche , on le savait depuis longtemps