Affaire Volkan : la Turquie au bord de l'éruption.

le
0
Affaire Volkan : la Turquie au bord de l'éruption.
Affaire Volkan : la Turquie au bord de l'éruption.

Dimanche soir, le portier turc, Volkan Demirel, a quitté le stade avant le match contre le Kazakhstan, remporté par la Turquie 3-1. Une affaire qui révèle le malaise qui règne au sein du football turc.
Ce devait être un match sans histoire contre la modeste équipe du Kazakhstan. L'occasion de se refaire une santé après la déroute contre un Brésil convalescent, 4-0 à domicile, la semaine dernière. Mais le départ précipité du gardien de but turc, Volkan Demirel, avant le début du match, a mis en lumière la crise interne que traverse l'équipe nationale et rappelé la rivalité tenace qui oppose les clubs stambouliotes. Alors qu'il s'échauffait sur la pelouse de la Türk Telekom Arena, le stade de Galatasaray, le portier turc, qui joue en club pour le Fenerbahçe, est la cible de quolibets. Dans un premier temps, Volkan Demirel, dont le nom signifie en turc "main de fer", décide de la jouer gant de velours en demandant au public de le laisser en paix. Puis, après un échange avec un supporter qui semble le narguer en levant le pouce, Volkan fait volte-face, retire ses gants et quitte le terrain.


En Turquie, Volkan Demirel est connu pour ses coups de sang, mais ce geste désarçonne tout le monde. Le sentiment de crise est aggravé par les images spectaculaires de journalistes passés à tabac par les responsables de la sécurité du stade au moment où Volkan Demirel quitte le stade en voiture.



L'évènement fait la une en Turquie. Un commentateur turc célèbre s'emporte contre le gardien de but, qu'il qualifie de "chacal", une insulte infamante en Turquie, plus qu'en France. Le supporter au pouce levé est même retrouvé et interrogé par la télévision. Il assure qu'il n'a pas insulté le portier turc : "Ce sont les supporters de Galatasaray qui l'ont injurié. Moi, je lui ai juste dit : "Tu es un joueur professionnel, occupe-toi du jeu"."
Barbe et coup de genou
Volkan est souvent la cible des supporters de...








Ce devait être un match sans histoire contre la modeste équipe du Kazakhstan. L'occasion de se refaire une santé après la déroute contre un Brésil convalescent, 4-0 à domicile, la semaine dernière. Mais le départ précipité du gardien de but turc, Volkan Demirel, avant le début du match, a mis en lumière la crise interne que traverse l'équipe nationale et rappelé la rivalité tenace qui oppose les clubs stambouliotes. Alors qu'il s'échauffait sur la pelouse de la Türk Telekom Arena, le stade de Galatasaray, le portier turc, qui joue en club pour le Fenerbahçe, est la cible de quolibets. Dans un premier temps, Volkan Demirel, dont le nom signifie en turc "main de fer", décide de la jouer gant de velours en demandant au public de le laisser en paix. Puis, après un échange avec un supporter qui semble le narguer en levant le pouce, Volkan fait volte-face, retire ses gants et quitte le terrain.


En Turquie, Volkan Demirel est connu pour ses coups de sang, mais ce geste désarçonne tout le monde. Le sentiment de crise est aggravé par les images spectaculaires de journalistes passés à tabac par les responsables de la sécurité du stade au moment où Volkan Demirel quitte le stade en voiture.



L'évènement fait la une en Turquie. Un commentateur turc célèbre s'emporte contre le gardien de but, qu'il qualifie de "chacal", une insulte infamante en Turquie, plus qu'en France. Le supporter au pouce levé est même retrouvé et interrogé par la télévision. Il assure qu'il n'a pas insulté le portier turc : "Ce sont les supporters de Galatasaray qui l'ont injurié. Moi, je lui ai juste dit : "Tu es un joueur professionnel, occupe-toi du jeu"."
Barbe et coup de genou
Volkan est souvent la cible des supporters de...








...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant