Affaire Tron : la crédibilité de l'accusatrice mise en doute

le
0
L'enquête souligne que la principale accusatrice aurait dissimulé certains éléments et modifié la date de plusieurs faits. De quoi remettre en cause la crédibilité de son témoignage contre l'ancien secrétaire d'État.

L'affaire Tron est-elle à un tournant? Selon Les Inrockuptibles, le témoignage de la principale accusatrice, Virginie Faux, est sérieusement remis en cause par les investigations de la justice. Ce manque de crédibilité pourrait faire s'effondrer les charges contre l'ancien secrétaire d'État à la Fonction publique.

L'ancienne employée municipale à Draveil accuse Georges Tron, le maire de la ville, de harcèlement sexuel avec la complicité de Brigitte Gruel, adjointe à la culture. Selon la principale accusatrice, le maire et son adjointe se seraient adonnés le 12 novembre 2009 à une séance de massage de pieds qui aurait dérapé en attouchements et viol. La gravité des faits l'aurait conduite à tenter de se suicider «plusieurs semaines plus tard».

Mais la chronologie des faits livrée par l'accusatrice ne colle pas avec les recoupements de la justice, selon les informations des Inrockuptibles. Le viol présumé s'est déroulé, selon les dires de Virginie Faux, après u

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant