Affaire Tapie : comment l'arbitrage aurait été faussé

le
2
Affaire Tapie : comment l'arbitrage aurait été faussé
Affaire Tapie : comment l'arbitrage aurait été faussé

L'affaire Tapie/Crédit Lyonnais est en passe de devenir une affaire d'Etat. A la lecture d'un nouvel article publié sur le site Internet du Monde, on comprend mieux les mécanismes qui ont conduit à mettre en examen trois personnes, Stéphane Richard, Pierre Estoup, Jean-François Rocchi, pour «escroquerie en bande organisée» dans ce dossier. Le quotidien du soir, qui a eu accès au dossier judiciaire, révèle pour quelles raisons les enquêteurs sont convaincus qu'une entente préalable à l'arbitrage a permis à l'homme d'affaire Bernard Tapie de toucher 403 millions d'euros.

Selon les éléments recueillis, il apparaît que le lien entre Pierre Estoup, l'un des trois juges arbitres mis en examen, et Me Maurice Lantourne, l'avocat de Bernard Tapie, est établi. Le monde parle «du rôle moteur de ce tamdem, aidé par le pouvoir sarkozyste». Les journalistes publient cette déclaration de Christine Lagarde, ministre de l'Economie à l'époque, à la Cour de justice de la République fin mai. «Au moment où j'ai pris mes décisions dans l'affaire Tapie, j'ai déjà indiqué que je n'avais aucune raison de douter de l'impartialité de monsieur Estoup. Aujourd'hui, avec le recul et au vu des éléments que vous me communiquez, il est évident que mon sentiment est différent...»

Toujours selon le Monde, les policiers ont établi trois niveaux d'intervention. La décision politique aurait été« initiée à l'Elysée, par Claude Guéant et Nicolas Sarkozy. Elle aurait été confiée à « Stéphane Richard, directeur du cabinet de Mme Lagarde, et Jean-François Rocchi, patron du CDR, l'organisme chargé de gérer le passif du Crédit lyonnais. » Et en fin la mise en oeuvre aurait été confiée à «Me Maurice Lantourne, le conseil de M. Tapie, et M. Estoup.»

A quoi servait le CDR ?

Le Consortium de réalisation (CDR) avait été mis en place après la déconfiture de l'ancienne banque publique Crédit Lyonnais pour tenter de récupérer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 17 juin 2013 à 18:52

    C'est surtout que ça créer de la suspicion par une désinformation éhontée !...

  • jfvl le lundi 17 juin 2013 à 16:10

    Encore une preuve d'une méconnaissance totale du fonctionnement de l'arbitrage et du choix des arbitres par les journalistes... Mais si çà fait vendre du papier !