Affaire Tapie : ce qui attend Christine Lagarde

le
0
Si la Cour de justice de la République décide le 8 juillet d'ouvrir une enquête, la future patronne du FMI pourrait à terme être convoquée comme témoin assistée, voire mise en examen. Un hypothétique jugement ne pourrait intervenir que dans plusieurs années.

Nouvelle directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde reste sous la menace d'une enquête pénale en France dans l'affaire de l'arbitrage ayant rapporté 285 millions d'euros en 2008 à Bernard Tapie.

L'ex-ministre de l'Économie est visée après la saisie de la Cour de justice de la République (CJR), qui juge les ministres en exercice. A l'initiative de cette demande d'enquête, le procureur général de la cour de cassation, Jean-Louis Nadal, qui suspecte un abus d'autorité dans le dossier de la vente litigieuse d'Adidas par le Crédit Lyonnais, alors banque public, en 1993.

Le procureur reproche à Christine Lagarde d'avoir choisi, pour régler le différend en 2007, la voie d'un arbitrage privé, contre l'avis des services de son ministère. Cette option avait été préférée par la ministre à la voie judiciaire, alors même que l'Etat avait gagné en 2006 en cassation. Il est aussi reproché à Catherine Lagarde de n'avoir pas exercé de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant