Affaire Snowden : «The Guardian» fait face aux pressions du gouvernement britannique

le
0
Affaire Snowden : «The Guardian» fait face aux pressions du gouvernement britannique
Affaire Snowden : «The Guardian» fait face aux pressions du gouvernement britannique

Ils ne seront pas trop de deux pour faire face aux «pressions intenses» de Londres. Le journal britannique le Guardian a annoncé ce vendredi s'associer au quotidien américain New York Times pour éplucher des documents secrets obtenus par Edward Snowden. Ces derniers, classés confidientiels, concernent le système de surveillance des Etats-Unis et du Royaume-Uni, et sont à l'origine d'un retentissant déballage sur l'espionnage interne mené par les deux puissances anglo-saxonnes.

Ce partenariat a été conclu avec le New York Times «quand le Guardian a dû faire face à des demandes émanant du gouvernement britannique de remettre les dossiers sur le GCHQ (service britannique des écoutes, ndrl) en sa possession», a déclaré le journal proche de l'opposition travailliste au Royaume-Uni. Cet accord permettra au New York Times «d'avoir accès à des documents sensibles qui ont fuité via» Edward Snowden, ancien consultant de l'agence américaine de sécurité NSA et désormais recherché pour espionnage par Washington, a ajouté le quotidien.

Sommé de détruire les documents

Des articles publiés depuis juin à partir des documents obtenus par Edward Snowden ont déjà révélé l'ampleur du système de surveillance aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, provoquant l'ire de Washington et l'embarras de Londres. Cette semaine, le Guardian a révélé avoir été contraint, il y a un mois, sous la pression du gouvernement britannique, de détruire deux disques durs contenant des informations obtenues par Edward Snowden.

Le quotidien a fait ces révélations à la suite de la détention, durant neuf heures dimanche dans le cadre d'une loi antiterroriste à l'aéroport londonien d'Heathrow, de David Miranda, compagnon et collaborateur du journaliste du Guardian en contact avec Edward Snowden. Ces deux événements ont suscité une vague de protestations au Royaume-Uni et à l'étranger, le Conseil de l'Europe s'inquiétant notamment des éventuelles ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant