Affaire Snowden : le président bolivien a finalement quitté Vienne

le
2
Affaire Snowden : le président bolivien a finalement quitté Vienne
Affaire Snowden : le président bolivien a finalement quitté Vienne

Le président bolivien Evo Morales a quitté Vienne (Autriche), où il était bloqué depuis mardi soir, à son retour de Moscou (Russie), soupçonné d'avoir embarqué à bord de son avion Edward Snowden, l'analyste américain en fuite. L'affaire provoque l'indignation en Amérique latine. La France, suivie du Portugal puis de l'Italie, a finalement donné son feu vert dans la nuit de mardi à mercredi pour que l'avion du président puisse survoler son territoire.

Mercredi matin, l'Espagne a autorisé l'avion présidentiel à survoler son territoire et à y faire une escale aux Canaries. Cela devrait faciliter l'élaboration du plan de vol de l'appareil entre l'Autriche et la Bolivie, même si l'Espagne aurait imposé comme condition une inspection de l'appareil. Auparavant, le ministre bolivien des Affaires étrangères, David Choquehuanca, avait rappelé que c'est le refus d'une escale technique par le Portugal, sur son sol, et du survol de la France par Paris, qui avaient engendré l'arrêt de l'avion d'Evo Morales à Vienne.

La présence de Snowden à bord de l'appareil présidentiel a été formellement démentie par la Bolivie. David Choquehuanca, a fustigé, mardi lors d'une conférence de presse à La Paz, «des rumeurs infondées». «Nous ne savons pas qui a inventé cet énorme mensonge. Nous voulons exprimer notre mécontentement, car la vie du président a été mise en danger», a-t-il ajouté. Il a précisé que «des explications seraient exigées à Lisbonne et Paris» et que «les lois du trafic aérien avaient été violées».

Manifestation devant l'ambassade de France en Bolivie

Le blocage de l'avion a été «interprété comme un acte d'agression», a déclaré mercredi, à Genève, l'ambassadeur de la Bolivie auprès de l'ONU, Sacha Llorenti. Pour lui, il y a eu «violation des règles du droit international». «Nous avons d'ores et déjà mis en oeuvre une procédure pour dénoncer ces faits devant le Secrétaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 le mercredi 3 juil 2013 à 13:54

    En effet, ces attitudes démontrent en quel mépris sont tenus ces pays par les USA et leurs larbins européens. Quel malheur qu'un Hugo Chavez ait disparu. Il avait très bien compris ce jeu truqué et y faisait face. Quelle honte pour la France soit disant patrie des droits de l'homme !!!

  • python75 le mercredi 3 juil 2013 à 13:30

    C'est incroyable comme les européens font pipi sur eux dès que les USA toussent... M'enfin, c'est grace à Snowden que l'UE sait qu'elle est honteusement espionnée (même s'il est de bonne guerre d'espionner un peu tout le monde!!!) Mais Snowden l'a dit tout haut!! On lui en veut? Pourquoi? Interdire en plus l'espace aérien à un avion diplomatique (ou presque!) C'est n'importe quoi!!!