Affaire Snowden : jets de pierres sur l'ambassade de France en Bolivie

le
0
Affaire Snowden : jets de pierres sur l'ambassade de France en Bolivie
Affaire Snowden : jets de pierres sur l'ambassade de France en Bolivie

La France a eu beau faire part de ses «regrets», ce mercredi soir, pour avoir refusé le survol de son territoire par l'avion du président bolivien Evo Morales, la crise diplomatique entre Paris et La Paz n'est pas sur le point de s'éteindre.

Une centaine de manifestants, réunis depuis mardi soir devant l'ambassade de France à La Paz, ont jeté des pierres sur le bâtiment et brûlé des drapeaux français. Mobilisés par des organisations proches du président Evo Morales, les émeutiers dénoncent le refus de Paris d'ouvrir son espace aérien à l'avion transportant le président bolivien, de retour d'un voyage diplomatique à Moscou, alors qu'une rumeur avait laissé entendre qu'Edward Snowden était à bord.

Les manifestants ont d'abord visé l'ambassade avec des pierres et fait exploser des pétards, avant de brûler deux drapeaux, brandissant des pancartes et des banderoles critiquant le gouvernement français. Des vitres de la représentation diplomatique ont été brisées alors que la police s'est repliée face aux protestataires. «France, fasciste, hors de Bolivie !», scandaient des manifestants tandis que d'autres brandissaient des pancartes indiquant «France hypocrite, France colonialiste».

Vers une crise diplomatique

Bien que le président français François Hollande affirme avoir autorisé le survol de la France en apprenant que Morales était à bord de l'avion, la classe politique bolivienne ne l'entend pas de cette oreille. Mercredi soir, le Parlement bolivien disait étudier une possible expulsion des ambassadeurs français, portugais et italien de leur territoire en signe de représailles.

« Les responsables de cette violation du droit aérien (...) ont mis en danger la vie du président en l'empêchant de survoler les territoires de certains pays européens, ce qui n'arrive même pas en temps de guerre» a déclaré le vice-président bolivien Alvaro Garcia, qui a également annoncé que la Bolivie dénoncera la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant