Affaire Sarkozy : la contre-attaque de l'UMP

le
1
Nicolas Sarkozy et son avocat, Thierry Herzog, ont été placés sur écoute pendant de longs mois. Une pratique qui doit changer, assure l'UMP.
Nicolas Sarkozy et son avocat, Thierry Herzog, ont été placés sur écoute pendant de longs mois. Une pratique qui doit changer, assure l'UMP.

Écoutes illégales, violation du secret professionnel, traque des juges contre un ancien président... Rarement une affaire aura alimenté autant de fantasmes. À l'origine, une enquête est lancée sur le financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Les juges décident d'intercepter la ligne principale de l'ancien président de la République ainsi qu'une ligne d'emprunt au nom de Paul Bismuth. Les enquêteurs tomberont finalement sur des conversations entre Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog, son avocat. Selon les pelures des écoutes publiées par Mediapart, Thierry Herzog est entré en relation "à de nombreuses reprises" avec Gilbert Azibert, un magistrat de la Cour de cassation, qui pourrait lui avoir communiqué de précieuses informations dans le dossier Bettencourt. Le 26 février, les magistrats ouvrent une information judiciaire pour "violation du secret de l'instruction" et "trafic d'influence". La polémique explose.

Le gouvernement a-t-il mené un complot contre Nicolas Sarkozy ? Christiane Taubira était-elle au courant ? A-t-on violé le secret professionnel entre un avocat et son client ? Partout, la sarkozie crie au scandale. L'entourage de l'ancien président de la République distille de petites phrases aux médias. "Espionné par les juges", titre Paris Match quand Valeurs actuelles parle volontiers d'une "chasse à l'homme". Nicolas Sarkozy publie une tribune dans Le Figaro et se dit victime d'une atteinte...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mercredi 7 mai 2014 à 15:52

    ils ont été à la bonne école, avec Kermit