Affaire Preynat : des victimes demandent audience au pape

le
1
Des victimes de pédophilie demandent une audience au pape.
Des victimes de pédophilie demandent une audience au pape.

Les anciennes victimes présumées du père Preynat du diocèse de Lyon s'en remettent au pape François. Dans un courrier daté du 14 mars, et posté le 15 mars, les trois fondateurs de La Parole libérée, association regroupant les anciennes victimes du père Bernard Preynat du diocèse de Lyon, viennent d'écrire au pape François pour lui demander une « audience privée ».

Désarroi

Dans leur long courrier, François Devaux, Bertrand Virieux, et Alexandre Hezez font tout d'abord référence aux déclarations du pape dénonçant à plusieurs reprises les actes pédophiles commis par des membres de l'Église. « Si nous faisons appel à vous, très Saint-Père, c'est car vous avez, dans toutes vos déclarations et communications officielles, montré un attachement indéfectible à la vérité et à la protection des enfants, ainsi qu'une volonté de mettre fin aux pratiques de dissimulations justifiées par le souci de virginité de l'image de l'Église de France », écrivent-ils.

Les signataires poursuivent leur lettre en confiant leur désarroi face à la réaction de l'Église dans cette affaire : « Nous avons l'impression que notre démarche de vérité gêne et que la parole n'est pas la bienvenue... Nous avons foi en vous, très Saint-Père, et nous sommes persuadés que le souci de chacun des enfants de Dieu a plus de valeur à vos yeux que l'image de l'une de vos Églises, fusse-t-elle l'Église de France. »...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le lundi 14 mar 2016 à 13:00

    JPi - Mon homélie porterait sur le passage de l’Évangile: Il vaudrait mieux qu'ils se mettent une meule autour du cou et de se jeter à l'eau que de faire du mal à un de ces petits. Nous sommes tous des faibles mais le silence des autorités est une faute contre l'Esprit. Vous savez une de ces fautes qui ne seront pas pardonnées. Mais ceci sera mon homélie de demain.