Affaire «Panama Papers» : Hollande promet enquêtes et procédures judiciaires

le , mis à jour à 19:17
6
Affaire «Panama Papers» : Hollande promet enquêtes et procédures judiciaires
Affaire «Panama Papers» : Hollande promet enquêtes et procédures judiciaires

Pas d'impunité pour les fraudeurs. A cent lieues de la prudence affichée ce matin par des ténors Républicains, au sujet de l'affaire «Panama Papers», François Hollande a pris la parole après un déplacement dans une start-up de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et avant de recevoir le commissaire européen chargé des finances, Pierre Moscovici.

Du Pérou à la Chine, du football aux entreprises, le scandale « Panama Papers » révélé, en France, par Le Monde et France TV, fait déjà des remous. Un millier de personnalités et d'entreprises françaises disposeraient d'un compte offshore dans l'isthme, dont un parti politique d'importance.

Le président de la République a annoncé que « toutes les informations qui seront livrées donneront lieu à des enquêtes des services fiscaux » ainsi qu'à des « procédures judiciaires ». « Toutes les enquêtes seront diligentées, toutes les procédures seront instruites et les procès éventuellement auront lieu ». La raison en est autant morale que financière : « C'est une bonne nouvelle que nous ayons connaissance de ces informations car cela nous fera de nouvelles entrées fiscales », a affirmé le chef de l'Etat. Soulignant que « rien que pour l'année 2015, 20 milliards d'euros ont été notifiés à ceux qui avaient fraudé » et que sur ces 20 milliards, l’État avait « déjà repris 12 milliards », il  a aussi remercié les lanceurs d'alerte et la presse pour leur mobilisation.

Dans un communiqué, Bercy a souligné que le projet de loi relatif à la transparence de la vie économique, présenté la semaine dernière en Conseil des ministres, garantissait « un statut et une protection des lanceurs d'alerte ».

Le ministère des Finances a par ailleurs confirmé que la France solliciterait « la transmission du fichier Panama Papers » et qu'elle serait ensuite en mesure de « redresser les impôts éludés et d'appliquer les pénalités, et notamment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gl060670 il y a 8 mois

    un peu de math simple : 3 contribuables + 2 contribuables = 5 contribuables. Mais 3 - 2 = 1 contribuablefacile non !!!

  • gl060670 il y a 8 mois

    enfers fiscaux !!! si seulement il y avait moins de tricheurs et de fraudeurs, la charge serait moins lourde pour les autres contribuables. Pas la peine de sortir de l' ena pour le comprendre.

  • frk987 il y a 8 mois

    Lui il fraude le fisc, comme c'est un petit,ça suffit à son bonheur , un scooter payé par l'état et aller ba iser Julie...seule ambition avec sa fraude à l'ISF. MDR !!!!!!!

  • glbt38 il y a 8 mois

    Jean-Jacques AUGIER, directeur financier de la campagne électorale de François Hollande est dans les fichiers de cette source d'évasion fiscale. Cet intime de François Hollande avait déjà un record de parachute doré de 11 millions lors de son départ de G7

  • LERINS il y a 8 mois

    Pour en finir avec les paradis fiscaux qui n'existent que parce qu'il existe des enfers fiscaux comme celui de la France, enfer indigne d'une véritable démocratie et mortifère au point de vue économique, il serait grand d'adopter sans tarder un principe fiscal qui n'incite pas à la fraude comme celui décrit dans le blog intitulé : REMBOURSER LA DETTE PUBLIQUE SANS APPAUVRIR LES CITOYENS.

  • t_n_t il y a 8 mois

    «Panama Papers» l’arbre qui cache la foret...