Affaire Orange: Paris tente de calmer l'orage, rejette tout "boycott d'Israël"

le
0
Affaire Orange: Paris tente de calmer l'orage, rejette tout "boycott d'Israël"
Affaire Orange: Paris tente de calmer l'orage, rejette tout "boycott d'Israël"

La France a tenté vendredi d'atténuer la colère des autorités israéliennes après l'annonce d'un désengagement d'Israël par l'opérateur de téléphonie français Orange, en se prononçant contre un boycottage de ce pays, tout en rappelant son opposition aux colonisations."S'il appartient au président du groupe Orange de définir la stratégie commerciale de son entreprise, la France est fermement opposée au boycott d'Israël", a souligné vendredi le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, dans un très bref communiqué.Cette déclaration a été immédiatement saluée par la ministre adjointe israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely.L'orage entre les deux pays est né d'une déclaration mercredi du PDG d'Orange, Stéphane Richard. En visite au Caire, le patron de l'opérateur - détenu à 25% par l?État français - s'est dit prêt à "abandonner demain matin" ses liens avec l'opérateur israélien Partner, qui utilise le nom et l'image d'Orange en Israël contre une redevance."Notre intention est de nous retirer d'Israël", a déclaré M. Richard lors d'une conférence de presse. "Cela va prendre du temps [mais] nous allons certainement le faire".Furieux, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a appelé jeudi le gouvernement français "à publiquement rejeter les déclarations et les agissements malheureux d'une compagnie dont il est en partie le propriétaire". "On ne pardonnera pas ce drame absurde", a-t-il promis.En Israël, la polémique a vite pris de l'ampleur, faisant la Une des médias. "La face noire d'Orange", a titré Yedioth Ahronoth, un grand quotidien populaire soutien indéfectible du Premier ministre de droite.Car même s'ils n'en faisaient pas état, les propos de M. Richard ont été interprétés en Israël comme la volonté d'Orange de se dissocier des activités de son partenaire dans les colonies en Cisjordanie et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant