Affaire Marina : le Parlement saisi et l'État poursuivi

le
0
Après la condamnation des parents de Marina à 30 ans de réclusion criminelle, des associations de défense des enfants déposent plainte pour que l'État soit jugé et réclament une enquête parlementaire.

Alors que le procès des parents bourreaux de Marina, fillette de 8 ans morte après des années d'actes de torture et de barbarie, s'est achevé il y a un mois, les associations Innocence en Danger et Enfance et Partage saisissent le Parlement pour que soit menée une enquête sur les dysfonctionnements de la protection de l'enfance. Le procès avait en effet mis en lumière des défaillances des services sociaux qui, malgré des éléments probants et répétés de maltraitance, n'avaient pas su prendre les mesures adéquates. «La lourdeur des procédures et l'absence de réactivité des services sociaux face aux situations d'urgence» avaient largement été mis en cause.

«Chaque jour, en France, deux enfants meurent des suites de maltraitance»

Parties civiles dans l'affaire, ces deux associations ont fait part à la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale de la nécessité de mener une mission d'information relative aux dispositifs de prévention, d'alerte et de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant