Affaire Leulmi : "Il a travaillé son corps comme une arme"

le
2
Me Dupond-Moretti, avocat de Jamel Leulmi, le 12 mai 2014 à son procès pour meurtre.
Me Dupond-Moretti, avocat de Jamel Leulmi, le 12 mai 2014 à son procès pour meurtre.

"J'ai tué ma femme non pas parce qu'elle me devait de l'argent, mais parce qu'elle en valait : l'accusé n'aurait jamais pu dire cela. C'est impossible d'avouer un tel crime." Mercredi, devant la cour d'assises de l'Essonne, l'avocat général Rémi Crosson du Cormier a tenté d'expliquer le silence pesant de Jamel Leulmi, qui n'a pas relevé la tête une seule fois de la journée, ne laissant voir de son visage que son crâne. Cet homme de 36 ans, surnommé par la presse le "veuf noir" ou le "barbe bleue de l'Essonne", est accusé d'avoir tué sa femme, Kathlyn, pour toucher l'argent de son assurance-décès. Il est également soupçonné d'avoir tenté d'assassiner une autre femme, Julie Derouette, partie civile au procès, pour les mêmes raisons. Selon l'avocat général, il n'y a aucun doute : Jamel est coupable. Et le parquet de requérir une peine de réclusion à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans. Me Dupond-Moretti, qui défend l'accusé, rugit : "L'absence de preuves a conduit l'accusation à mépriser la justice. Ici, si vous n'avez pas les contrats d'assurance, vous n'avez rien." Pourtant, cette fois-ci, même avec le talent qu'on lui connaît, le célèbre pénaliste aura bien du mal à obtenir un énième acquittement. Car, à défaut de preuves matérielles, il y a bien un faisceau d'indices et de témoignages qui pèsent contre Leulmi. Durant toute sa plaidoirie, Me Cathy Richard, avocate de Julie Derouette, n'a cessé de le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.monti1 le jeudi 22 mai 2014 à 14:34

    oui du sud

  • M940878 le jeudi 22 mai 2014 à 12:11

    un suédois ?