Affaire Le Roux : trois millions d'euros toujours en jeu

le
0
L'argent qui scella le sort d'Agnès Le Roux est réclamé par trois prétendants.

La justice suisse va vraisemblablement mettre un point final à l'une des plus extravagantes affaires judiciaires françaises. Un tribunal de Vevey doit départager, à partir de ce lundi et jusqu'à mercredi, les parties qui revendiquent la propriété de quelque 3 millions d'euros: la famille d'Agnès Le Roux, disparue à la Toussaint 1977, des associations caritatives couchées sur le testament d'un homme à la réputation sulfureuse, et Maurice Agnelet, condamné à vingt ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de Mlle Le Roux. Curiosité: la juridiction suisse devra faire application du droit français.

L'itinéraire du pactole est rocambolesque. En 1977, Jean-Dominique Fratoni, homme d'affaires qu'on a dit, à tort ou à raison, proche de la mafia, dirige un casino niçois, le Ruhl, mais souhaite étendre son empire au Palais de la Méditerranée (PM), dirigé par Renée Le Roux depuis le décès de son mari.

L'une des filles de la veuve énergique, Agnès, 29 ans, est en

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant