Affaire Le Roux : Que peut nous apprendre le corps d'Agnès ?

le
0
Reproduction d'une photographie non datée délivrée par la mère d'Agnès Le Roux, héritière du casino du Palais de la Méditerranée, qui a disparu à la Toussaint 1977 à l'âge de 29 ans.
Reproduction d'une photographie non datée délivrée par la mère d'Agnès Le Roux, héritière du casino du Palais de la Méditerranée, qui a disparu à la Toussaint 1977 à l'âge de 29 ans.

Le troisième procès de Maurice Agnelet, poursuivi pour le meurtre d'Agnès Le Roux, s'est refermé sur une condamnation à vingt ans de prison. L'ancien avocat niçois a décidé de se pourvoir en cassation, clamant encore et toujours son innocence. Cette interminable histoire, vieille de 36 ans, n'est pourtant pas finie. Selon Guillaume, le fils de Maurice Agnelet, son père a bel et bien tué Agnès Le Roux d'une balle dans la tête à l'automne 1977, lors d'une escapade en Italie. Agnelet aurait ensuite "parcouru quelques centaines de mètres pour déposer le corps d'Agnès en contrebas de la route, dénudé et à même le sol". Le procès a donc offert aux enquêteurs la possibilité d'une scène de crime, près de Cassino en Italie, et l'espoir d'un corps. Les carabiniers italiens ont ouvert une enquête préliminaire, scrutant leurs archives "afin de chercher tout lien possible avec cette affaire". Mais dans quel état serait le corps d'Agnès et que peut-il nous apprendre ? Éléments de réponse avec "le confesseur des morts", Philippe Charlier, médecin légiste et archéo-anthropologue. Le Point.fr : Que peut-il rester d'un corps trente-six ans après ? Philippe Charlier : Essentiellement un squelette plus ou moins conservé, avec éventuellement quelques lambeaux de matière organique encore présents à la surface comme des muscles, des morceaux de cartilage, des ongles ou des fragments de cheveux.Sur cette base, le premier travail de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant