Affaire Le Roux-Agnelet : "C'est une tragédie qui s'ouvre"

le
1
Maurice Agnelet, le 17 mars.
Maurice Agnelet, le 17 mars.

Coup de théâtre dans l'affaire Agnès Le Roux. À la reprise de l'audience lundi, la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine qui juge Maurice Agnelet a fait savoir que l'un de ses fils, Guillaume, 45 ans, a accusé son père du meurtre de sa maîtresse, Agnès Le Roux, en 1977, dans une déposition au parquet de Chambéry. La cour a aussitôt ordonné le mandat de dépôt contre l'accusé, pour prévenir tout "risque de pression sur les témoins". Maurice Agnelet dormira donc en prison.Lors de son audition par visioconférence, Guillaume a renouvelé son témoignage accusateur contre son père. "Je n'allais pas bien depuis que j'avais 16 ans. Si je ne le faisais pas maintenant, j'aurais eu des regrets jusqu'à la fin de ma vie", a déclaré Guillaume Agnelet en réponse à une question du président lui demandant pourquoi il faisait maintenant ce témoignage contre son père, accusé du meurtre de sa maîtresse, Agnès Le Roux, en 1977. Guillaume Agnelet a affirmé ne pas avoir témoigné plus tôt "pour le bien de la famille". Il sera de nouveau entendu physiquement à Rennes par la cour d'assises. "Une balle dans la tête" "Anne Litas, sa mère, lui aurait dit dans les années 1990 que son père avait expliqué avoir tiré une balle dans la tête d'Agnès Le Roux alors qu'ils faisaient du camping sauvage en Italie près de Monte Cassino. Il aurait alors crié pour faire croire à un suicide, mais, comme il n'y avait personne, il aurait abandonné le corps dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le lundi 7 avr 2014 à 13:46

    Allé hop, autrou sale chien !