Affaire Lambert : «Encore une nouvelle épreuve» pour Vincent, selon son épouse

le
0
Affaire Lambert : «Encore une nouvelle épreuve» pour Vincent, selon son épouse
Affaire Lambert : «Encore une nouvelle épreuve» pour Vincent, selon son épouse

Rachel Lambert, l'épouse de Vincent, patient tétraplégique en état végétatif, a estimé mercredi que la décision en urgence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) de le maintenir en vie, constituait «encore une nouvelle épreuve» pour son mari.

«Quand j'ai appris la décision de la Cour européenne par les médias je me suis effondrée et j'ai pleuré. C'est encore une nouvelle épreuve qui se présente à Vincent et c'est très dur», a-t-elle confié à l'AFP. «C'est une preuve de plus de la détermination des parents de Vincent à écluser tous les recours juridiques possibles» poursuit-elle..

«J'ai une ligne de conduite et je ne veux pas entrer dans une polémique avec ses parents même si des propos m'ont meurtrie, comme, par exemple, la remise en question de la valeur de ma parole concernant ce que je sais des souhaits de Vincent», a-t-elle expliqué.

Mardi, le Conseil d'Etat s'était prononcé pour l'arrêt des soins qui maintiennent en vie Vincent Lambert, avant la saisine par ses parents de la CEDH, qui a demandé en urgence au gouvernement français de faire suspendre l'exécution de cet arrêt pour la durée de la procédure devant la Cour.

«Je suis sûre des discussions que j'ai eues avec mon mari»

Dans sa décision, le Conseil d'Etat avait rappelé que «lorsque la personne est hors d'état d'exprimer sa volonté (...) la décision de limitation ou d'arrêt de traitement prend en compte les souhaits que le patient aurait antérieurement exprimés, en particulier dans des directives anticipées, s'il en a rédigé, l'avis de la personne de confiance qu'il aurait désignée ainsi que celui de la famille ou, à défaut, celui d'un de ses proches».

«Je suis sûre des discussions que j'ai eues avec mon mari et je tiens grâce à l'amour que je lui porte et grâce à ses paroles qui résonnent en moi et dont je dois être le rapporteur» a souligné Rachel Lambert.

«Nous sommes arrivés au bout de ce que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant