Affaire Kreuziger : L'UCI et Tinkoff-Saxo haussent le ton

le
0
Affaire Kreuziger : L'UCI et Tinkoff-Saxo haussent le ton
Affaire Kreuziger : L'UCI et Tinkoff-Saxo haussent le ton
Deux jours après avoir suspendu provisoirement Roman Kreuziger, le privant du même coup du Tour de Pologne, l'Union cycliste internationale (UCI) est venue justifier sa sanction par la voix de son président Brian Cookson. Une réaction qui n'a pas été du goût de l'équipe Tinkoff-Saxo. Le bras de fer s'annonce musclé.

Chaque jour, l'affaire Kreuziger se tend et se complique un peu plus. D'abord privé de Tour de France quarante-huit heures avant le départ pour des anomalies dans son passeport biologique, le coureur tchèque vient d'être suspendu provisoirement par l'Union cycliste internationale. Une décision prise dans la précipitation, l'UCI apprenant que son équipe, Tinkoff-Saxo, comptait aligner Kreuziger sur le Tour de Pologne qui débutait dimanche, faute de notification de suspension envoyée à la formation russe.

« Les explications du coureur ne nous ont pas convaincues »

Ce lundi, dans un entretien accordé à Cycling News, Brian Cookson, patron de l'UCI, s'est exprimé pour la première fois afin de tenter de tirer cette affaire au clair. « Dans son passeport, il y a des anomalies très graves. Les experts de l'UCI et de la CADF (Cycling Anti-Doping Foundation, ndlr) sont certains qu'il y a eu des manipulations biologiques. Le coureur a été invité à s'expliquer et ses explications ne nous ont pas convaincues. Nous devons prendre des mesures disciplinaires et nous l'avons fait aussi rapidement que possible. Mais ce qui a été particulièrement préoccupant dans ce cas-là, c'est que son équipe l'ait retiré du Tour de France en raison du passeport biologique, mais le remet en compétition sur le Tour de Pologne. C'est très étrange comme comportement. Par conséquent, nous avons décidé de traiter ces cas (des anomalies dans le passeport biologique, ndlr) comme un contrôle positif. »

« L'UCI peut décider à n'importe quel moment de l'interprétation de son règlement »

Des justifications qui n'ont pas été appréciées du côté de la Tinkoff-Saxo, qui a publié une lettre ouverte à l'attention de Brian Cookson sur son site internet. Un document signé de la main de Stefano Feltrin, directeur de l'équipe. « Ce qui nous semble inexplicable, c'est que l'UCI peut décider à n'importe quel moment et rétroactivement de l'interprétation de son règlement qui dit que les coureurs ne seront pas provisoirement suspendus pour une irrégularité constatée dans le passeport sanguin depuis leur introduction en 2011, interpelle l'Italien. Qu'est ce qui a changé depuis le 1er août 2014 ? Plus d'un mois après cette annonce, nous espérions pouvoir compter sur lui sur le Tour de Pologne. Après tout, nous avons un contrat avec lui et nous lui payons un salaire. »

Depuis plus de deux mois, Roman Kreuziger n'a pas pu monter sur son vélo en compétition officielle. Suspendu officiellement à titre provisoire, le Tchèque de 28 ans ne devrait donc pas pouvoir participer au prochain Tour d'Espagne ni aux Championnats du monde, en septembre prochain. Un imbroglio judiciaire et sportif qui pourrait, en plus, n'en être qu'à ses débuts.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant