Affaire Kerviel : la pomme pourrie et le tonneau

le , mis à jour le
2
Jérôme Kerviel répond aux questions des journalistes devant le palais de justice de Paris, le 18 janvier 2016.
Jérôme Kerviel répond aux questions des journalistes devant le palais de justice de Paris, le 18 janvier 2016.

Largement documentée et pleine de rebondissements depuis maintenant huit ans, l'affaire Kerviel est loin d'être close : les surprises à venir ne manqueront pas ! La chronologie des faits est parfaitement établie : des jugements ont été prononcés, confirmés au pénal et en délibéré au civil, le tribunal des prud'hommes s'est lui aussi prononcé et le jugement est interjeté en appel? Bref, cette affaire restera certainement dans les annales pour les apprentis juristes.

Pas une simple affaire de fraudeur

Je voudrais revenir sur cette affaire en adoptant un tout autre point de vue, le point de vue du sociologue face à ce phénomène de réduction de complexité qui consiste à réduire l'affaire Kerviel à une simple affaire de fraudeur isolé mais astucieux, une « rotten apple », comme disent les Anglo-Saxons. Cette approche « pomme pourrie » peut paraître étrange pour un sociologue, mais elle se justifie à plusieurs titres.

D'abord, le droit a besoin du concept de responsabilité individuelle pour fonctionner, c'est-à-dire que les juges ont besoin d'avoir en face d'eux quelqu'un qui est responsable de ses actes et qui ne se défausse pas en invoquant le système ou la hiérarchie-qui-était-au-courant ; bref, une personne qui agit en parfaite connaissance de cause et qui doit en subir toutes les conséquences. Qui vole un ?uf vole un b?uf. En l'occurrence, un b?uf qui se chiffre en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 5 mois

    Bouton en taule !!!!!

  • 28351485 il y a 5 mois

    Torchon ordurier payé par la STE GLE ,,,,?????