Affaire Karachi : l'Élysée évoque une «calomnie»

le
0
La présidence de la République dément fermement tout lien entre Nicolas Sarkozy et le financement de la campagne électorale d'Edouard Balladur en 1995. L'opposition demande à nouveau la levée du secret-défense.

Nicolas Sarkozy ne s'étend jamais lorsqu'il s'agit de parler de l'affaire Karachi. En juin 2009, alors que la justice abandonnait la piste de l'attentat terroriste pour se concentrer sur la piste des rétrocommissions versées dans le cadre de vente de sous-marins au Pakistan, le chef de l'État avait balayé l'affaire d'un revers de la main, qualifiant de «fable» les soupçons de financement illégal de la campagne électorale d'Edouard Balladur, en 1995. «C'est ridicule (...), c'est grotesque», s'était-il emporté en réponse à une question d'un journaliste.

Depuis, l'enquête à progressé et l'Elysée ne peut plus, à sept mois de la présidentielle, se contenter de détourner le regard sur une affaire qui pourrait se révéler explosive. Alors que deux proches de Nicolas Sarkozy viennent d'être mis en examen, le chef de l'Etat a choisi de se justifier par la voie d'un communiqué lapidaire. L'Élysée assure d'abord que le président de la République n'a «jamais exe

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant