Affaire Jouyet-Fillon : Manuel Valls ne veut pas commenter

le
3
Affaire Jouyet-Fillon : Manuel Valls ne veut pas commenter
Affaire Jouyet-Fillon : Manuel Valls ne veut pas commenter

En ce jour de commémoration du 11 novembre, pas question pour le Premier ministre de commenter l'affaire qui touche le numéro deux de l'Elysée. «Je ne ferai pas de commentaire aujourd'hui et demain», a réagi ce mardi Manuel Valls appelant à «sortir de ce débat» et préférant le «rassemblement».

Depuis ce week-end, l'exécutif est en bien mauvaise posture depuis que deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, ont révélé dans un livre l'existence d'un déjeuner secret au cours duquel François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée et proche du chef de l'Etat d'accélérer les procédures judiciaires visant Nicolas Sarkozy.

Jean-Pierre Jouyet s'est littéralement pris les pieds dans le tapis : après avoir nié l'existence de ce déjeuner, il a finalement confirmé dimanche avoir discuté de Bygmalion lors d'une entrevue avec l'ancien Premier ministre.

«Nous sommes dans un jour de commémoration»

«Il y a des débats qui abaissent le niveau politique. Il y a une telle crise de confiance dans notre pays que, moi, je ne veux pas participer à ce type de débat» a commenté Manuel Valls alors qu'il visitait pendant près d'une heure le musée-appartement de Georges Clemenceau dans le XVIe arrondissement de Paris.

VIDEO. L'édito du Parisien. Jouyet-Fillon : à qui profite le crime ?

«Nous sommes dans un jour de commémoration et donc de respect. Je crois qu'au cours de ce 11 novembre, il faut s'abstenir de tout commentaire et de toute polémique», a poursuivi le Premier ministre. «J'en appelle au sens de la République, à prendre de la hauteur, à sortir de ce débat, au fond, qui n'intéresse pas nos compatriotes. Et surtout aujourd'hui, c'est le rassemblement qui doit s'imposer. Je pense que la France a plus que jamais besoin de rassemblement» a-t-il insisté, conscient toutefois que «demain tout cela reprendra son cours».

Dray reconnait une «erreur» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 11 nov 2014 à 17:05

    En somme on ne déclare rien les jours de commémoration, rien les jours de repentance...il va finir pas ne plus rester de jours pour "déclarer".

  • LeRaleur le mardi 11 nov 2014 à 16:19

    Il ne sait surtout pas quoi dire. Dans ce cas, mieux vaut la fermer.

  • M7403983 le mardi 11 nov 2014 à 16:02

    Ben nous attendrons après demain ... un peu de patience que diable !!!!!!