Affaire Hazout : "Après la ponction, je te ferai un gros câlin..."

le
0
Le Dr Hazout.
Le Dr Hazout.

Le procès Hazout, c'est le récit de femmes dévastées par leur désir d'enfant. Des épouses qui ne parviennent pas à devenir des mères. Toutes mettent leurs espoirs dans un gynécologue star, André Hazout, vu par ses patientes comme l'homme providentiel. Un "magicien des bébés", témoigne l'une d'entre elles à l'audience, qui saura enfin leur prescrire le traitement miracle. Jugé par la cour d'assises de Paris, le médecin est soupçonné d'avoir abusé d'elles. Et profité de leur extrême état de vulnérabilité pour les agresser sexuellement ou, pire, les violer. Calmement, Amélie* s'avance à la barre. C'est par elle que la procédure a commencé, lorsqu'elle se décide, en 2005, à déposer plainte contre le docteur Hazout. Emmitouflée dans un pull bleu, droite et déterminée, elle n'a pas un regard pour l'accusé. Le gynécologue est pourtant là, légèrement vouté dans sa veste marron, à quelques pas sur sa droite. André Hazout noircit une feuille de notes, mi-sérieux mi-absent, l'air que prennent les médecins lorsqu'ils remplissent une ordonnance. D'une voix douce mais assurée, Amélie narre sa rencontre avec celui qui deviendra son époux. Un mariage, une première fausse couche, puis, enfin, la naissance de jumelles. Et le divorce, en 1995. Quelques années plus tard, elle se remarie avec un autre homme. Il a des enfants, elle aussi. "Il nous en fallait un ensemble pour concrétiser le couple", sanglote-t-elle. Mais, à 46 ans, on m'a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant