Affaire Guérini : une majorité qui s'effrite au conseil général

le
1
Tant qu'il n'est pas condamné, Jean-Noël Guérini, président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône, se cramponne à son siège.

La majorité de Jean-Noël Guérini au conseil général des Bouches-du-Rhône s'effrite. André Guinde, un de ses proches vice-présidents, vient, selon nos informations, de lui signifier en privé qu'il démissionnait de la présidence de la très sensible commission d'appel d'offres. L'élu aixois nous a confirmé cette démission en avançant des «convenances personnelles».

André Guinde n'a pas accepté le marché de l'avocat Régis de Castelnau, un proche d'Alexandre Guérini, le frère de Jean-Noël, cité pour son rôle litigieux dans l'affaire, entendu par le juge et que les services de la collectivité proposaient de retenir comme prestataire.

«L'ambiance est pesante»

«Les gens commencent à se poser des questions. Ils se rendent compte que le filet judiciaire se resserre de plus en plus. Ce sont les premiers craquements...»,...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 12 déc 2012 à 09:32

    Ils serait temps qu'ils se rendent compte !...ils en ont"croqué" q. même pendant des années !...il faut que la justice soit très très sévère avec ces "politicards mafieux" en col blanc !...