Affaire Guérini : la droite dénonce le «silence radio» des dirigeants du PS

le
0
Pour le député UMP Guy Teissier, la convocation de Jean-Noël Guérini va entraîner «un séisme politique à gauche, si [le sénateur socialiste] est mis en examen».

«J'aurais voulu me tromper...» Arnaud Montebourg, candidat à la primaire socialiste, qui avait dénoncé «un système de pression féodal reposant sur l'intimidation et la peur» dans un rapport interne sur le fonctionnement de la fédération PS des Bouches-du-Rhône paru en février, n'a pas été surpris par l'annonce de la convocation de Jean-Noël Guérini par le juge Charles Duchaine. En marge de sa Fête de la rose à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), il s'en est pris sans la citer à Martine Aubry, également candidate à la primaire, en des termes peu amènes : «On a dédaigné mes avertissements, on a méprisé mon travail en expliquant qu'il n'y avait rien dans mon rapport, on a refusé de lire les documents et les preuves que j'avais apportées aux thèses que j'avançais. Pire, on me les a renvoyées par lettre recommandée.»

Rapport «d'eau tiède»

Au sein de l'UMP des Bouches-du-Rhône, le «silence radio» de l'ancien premier secrétaire François Holland

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant