Affaire Fiona : confrontation de la mère et de son ex-compagnon vendredi

le
2
Une confrontation entre Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf devrait avoir lieu vendredi.
Une confrontation entre Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf devrait avoir lieu vendredi.

La confrontation entre Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, et son ex-compagnon Berkane Maklouf, mis en examen pour "coups mortels aggravés" sur la petite fille, aura lieu vendredi 8 novembre à 9 heures, au palais de justice de Clermont-Ferrand. L'occasion, peut-être, d'éclaircir les conditions du décès de l'enfant de 5 ans, disparue en mai dernier et dont le corps n'a toujours pas été retrouvé.

Depuis leur arrestation à Perpignan, le 24 septembre dernier, Bourgeon et Maklouf, tous deux toxicomanes, n'ont cessé de s'accuser mutuellement. La mère de Fiona a ainsi assuré que la petite fille avait été frappée par son beau-père le soir qui a précédé sa mort. Celui-ci, qui soutenait jusqu'alors la thèse de l'accident (l'enfant aurait pu ingérer du Subutex, présent au domicile), a alors accusé Cécile Bourgeon d'avoir porté un coup à sa fille, précisant toutefois "qu'il ne s'agissait sans doute pas de la cause du décès".Nouveau déplacement sur les lieux probable

En découvrant les accusations de son compagnon, avec lequel elle vient d'avoir un fils, Cécile Bourgeon a laissé exploser sa colère. Elle est actuellement incarcérée à l'UHSA de Lyon, un hôpital-prison où elle est suivie psychologiquement. Emprisonné à Moulins, Berkane Maklouf, qui ne reçoit aucune visite au parloir, vit très mal sa détention. L'agression de deux gardiens la semaine dernière l'a conduit en quartier disciplinaire.

En entendant le couple vendredi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le mercredi 6 nov 2013 à 18:09

    Avec Taubira la cruauté augmentera avec le sentiment d'impunité...

  • LeRaleur le mercredi 6 nov 2013 à 17:09

    Et pendant ce temps, la pauvre petite p*o*urrie tranquillement dans un coin, sans sépulture et en ayant souffert, le martyre peut-être, par ceux qu'elle aimait.