Affaire Fillon : les magistrats financiers dans le collimateur

le
16
Affaire Fillon : les magistrats financiers dans le collimateur
Affaire Fillon : les magistrats financiers dans le collimateur

Haro sur le PNF ! Hier, lors d'une conférence de presse, les avocats de François et Penelope Fillon ont, de nouveau, frontalement attaqué le parquet national financier, soupçonné de manque d'impartialité. Au point de réclamer son dessaisissement de l'enquête ouverte sur des soupçons d'emplois fictifs visant l'épouse du candidat de la droite à l'élection présidentielle et deux de ses enfants. Investigations qu'ils qualifient d'illégales.

 

On ressent dans l'entourage de François Fillon, comme dans les cercles de l'enquête, un sentiment d'urgence. Chacun a les yeux rivés sur la « ligne bleue » du vendredi 17 mars, à 18 heures, heure limite pour remettre les parrainages. Au-delà, le candidat de la droite sera officiellement investi et il sera périlleux pour la justice de mener des investigations sans fausser l'élection présidentielle.

 

Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon se défend-il bien ?

 

Atteinte au principe de séparation des pouvoirs

 

Une ambiance solennelle régnait pour l'occasion dans le cabinet d'Antonin Lévy, le conseil de François Fillon, formé au droit des affaires à New York où il a intégré les codes de la communication de crise. Il était épaulé par Me Pierre Cornut-Gentille, l'avocat de Mme Fillon, un pénaliste de renom mais moins rompu à ce genre d'exercice. Ce n'est pas la première fois que les avocats du couple cherchent à dynamiter la procédure.

 

Dès lundi, François Fillon en personne avait donné le ton en jugeant le PNF non compétent. Dans la foulée, Antonin Lévy déposait sur le bureau de la procureur Eliane Houlette une note sur l'incompétence du PNF. Les avocats du couple avaient planché tout le week-end précédent pour peaufiner leur nouvelle stratégie. Ainsi, selon nos informations, une autre piste, celle de la prescription, avait été étudiée avant d'être abandonnée.

 

Me Lévy a détaillé, hier, les deux arguments de droit déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 il y a 8 mois

    Cette "justice " politisée à outrance n'a plus de légitimité notamment depuis tau Bira le sectarisme doit cesser ki

  • badaro il y a 8 mois

    on fait travailler les gens 39h voire 40 h voire 50h quand on est en plein emploi et les offres ne trouvent pas preneur on fait travailler les gens jusqu'à 65 ans idem car on est en plein emploi, mais pas quand on a 7 millions de sans emploi plusieurs millions à temps partiel des jeunes diploms qui trouvent pas de boulot obligés de continuer des cursus sans fin, ça c'est un programme fourbe qui trompe le peuple pour mieux l'asservir.

  • phili646 il y a 9 mois

    La mise en examen se rapprochant, il n'a plus d'autre argument pour se maintenir que l'attaque frontale avec l'institution judiciaire. Quel petit ce monsieur ce Fillon !!!!!

  • badaro il y a 9 mois

    ce type veut faire travailler les gens 39h payés 35h , on est pas en moyen age .sa société créer récemment c'est les commissions qu'il va percevoir suite aux attributions des assurances privés car ce type va détricoter la sécurité sociale pour encore appauvrir et asservir les gens.

  • badaro il y a 9 mois

    il a peur fillon le fillou il va être mis en examen et il veut pas rembourser il aime trop l'argent et il sait qu'il a le soutien des electeurs de droite des riches qui ont déjà vo.lés et veulent garder leurs privilège en votant pour ali baba et les 40 vo.leurs

  • M8252219 il y a 9 mois

    M495 : Fin 2011 le déficit était de 85.8 du PIB Fin 2012 il était de 1833,8 milliards soit 90.2 % du PIB fin 2016 il est de 2170 milliards d'euros

  • peponet il y a 9 mois

    Ils sont dans le collimateur parce que Fillon s est rendu compte que ses éléments de preuve n étaient plus crédibles et donc sa défense joue son va tout pour entraver la bonne marche de l enquête dans le cadre de la manifestation de la vérité.

  • M4958114 il y a 9 mois

    M82 de combien était le déficits en 2012 ?

  • franck8 il y a 9 mois

    Fillon cherche à passer entre les mailles du filet en expliquant que la justice ne peut pas s'attaquer à lui ! Les détournements de fonds ne concernent pas les parlementaires et le droit du travail ne concerne pas les assistants parlementaires ! Ce type est dangereux.

  • M8252219 il y a 9 mois

    Fillon le seul candidat avec un programme clair et détaillé peut sauver la France d'une faillite. DÉFICIT PUBLICS EN 2016 : 2170 MILLIARDS 100/100 DU PIB . Multiplication des revalorisations salariales dans le publique.