Affaire Fillon : les «cabinets noirs» du pouvoir, entre fantasme et réalité

le , mis à jour à 19:12
0
Affaire Fillon : les «cabinets noirs» du pouvoir, entre fantasme et réalité
Affaire Fillon : les «cabinets noirs» du pouvoir, entre fantasme et réalité

«On cherchait un cabinet noir, on l'a trouvé.» Jeudi soir, dans «L'Emision politique» sur France 2, François Fillon a sonné la charge : s'il se retrouve cité dans plusieurs affaires, explique-t-il alors en direct, c'est parce que «François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau». Les accusations du candidat à la présidentielle font pourtant pschitt quelques minutes plus tard, quand les auteurs du livre sur lesquels il s'appuie, «Bienvenue Place Beauvau. Police : les secrets inavouables d'un quinquennat», assurent n'avoir jamais abouti à l'existence d'un cabinet noir chargé à l'Elysée de s'en prendre à François Fillon. Mais l'expression reste. Un cabinet noir, qu'est-ce que c'est? Retour sur les origines et les résurgences de l'expression à travers l'histoire.

 

VIDEO. Fillon met en cause Hollande et son supposé cabinet noir

 

Inauguré par le cardinal de Richelieu

En France, l'origine du terme «cabinet noir» remonte au XVIIe siècle, quand le cardinal de Richelieu, fidèle de Louis XIV, animait un bureau secret chargé d'identifier et de surveiller les opposants du roi. Des agents royaux pouvaient lire les lettres et en rendre compte à leurs supérieurs. Ce système de dénonciation a abouti à de nombreuses disgrâces et condamnations. Malgré son caractère impopulaire, ni la République ni l'Empire napoléonien n'ont mis fin à ces pratiques de surveillance, menées au nom de la raison d'Etat... ou pour de basses vengeances personnelles.

 

Une caricature du XIXe siècle. (CC) 

 

Le «cabinet occulte» de Georges Pompidou

Moins d'un an avant l'élection présidentielle de juin 1969, le Premier ministre, Georges Pompidou, et son épouse, Claude, adeptes des rendez-vous mondains, sont victimes de rumeurs infamantes. Dans le microcosme politique et journalistique, tout le monde ne parle que de cela. Claude Pompidou aurait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant