Affaire du "maillot de bain" de Reims : la principale accusée témoigne

le , mis à jour le
7
Nesrine Mook, comme elle se fait appeler sur Facebook, a donné sa version des faits dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.
Nesrine Mook, comme elle se fait appeler sur Facebook, a donné sa version des faits dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

"La vraie histoire." Dans l'affaire dite du "maillot de bain de Reims", Nesrine Mook, comme elle se fait appeler sur Facebook, a donné sa version des faits dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

L'histoire remonte à la semaine dernière. Cinq jeunes filles, dont deux mineures, auraient violemment pris à partie et molesté une jeune femme qui bronzait en maillot de bain dans un parc de Reims. Selon la commissaire de permanence, Julie Galisson, l'une des auteures de l'agression aurait interpellé des personnes qui prenaient le soleil. "Allez vous rhabiller, ce n'est pas l'été", aurait-elle lancé, a indiqué la commissaire. "Une des femmes ainsi interpellées ne s'est pas laissée faire et cela a dégénéré en violences", a-t-elle ajouté. S'est ensuivie une vive polémique sur les réseaux sociaux.

Mobile religieux ?

L'information a d'abord été rapportée par le journal L'Union. Il suggérait que cette agression avait un mobile religieux ou moral. Politiques et associatifs s'étaient alors déchaînés pour dénoncer un tel lynchage. Très vite, le parquet de Reims a démenti indiquant que "ni la victime ni les auteures des coups n'ont fait état, lors des auditions, d'un mobile religieux ou d'un mobile moral qui aurait déclenché l'altercation". L'Union a depuis reconnu "une formulation maladroite".

Nesrine Mook, accusée d'avoir agressé la jeune fille, a diffusé une vidéo lundi, dans laquelle elle...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le mercredi 29 juil 2015 à 08:05

    Elles se mèlent de quoi ? Dans une démocratie, il existe des personnes qui sont chargée de faire respecter les règles. Quant aux 3 jours d'ITT de ...MOOK, c'est très facile avec un médecin complaisant.

  • Orange91 le mercredi 29 juil 2015 à 02:37

    Et en plus, on donne à cette "délinquante" l'occasion de se faire "mousser". Quant à cette avocate qu'elle vienne à Reims, depuis le passage de Mme Hazan, cet incident n'est pas aussi anodin que ces protagonistes voudraient nous le faire croire.

  • M5441845 le mercredi 29 juil 2015 à 02:01

    Pas d'amalgame, surtout pas d'amalgame....

  • bordo le mercredi 29 juil 2015 à 00:26

    Nesrine mook ? Et pourquoi pas naldine mook ?

  • bordo le mercredi 29 juil 2015 à 00:24

    Et en plus elle se paye notre tête. bien sur que c'est religieux et elle essaye de nous faire croire que c'est une embrouille de filles, sur demande de son contrôleur religieux inquiet de la tournure que prennent les événements et qui s'est fait remonter les bretelles par le représentant du "patron" le roi machin d'Arabie saoudite qui est déjà embêté des conséquences de la fermeture de la plage devant sa kasbah et qui veut que son séjour en France se passe dans le calme.

  • eliranex le mardi 28 juil 2015 à 23:06

    Cà ment comme çà respire....que de l'embrouille.

  • 2445joye le mardi 28 juil 2015 à 22:33

    Ah! Nesrine ! Encore un prénom bien de chez nous comme disait Jean Nohain.