Affaire du 36 : "Jo l'embrouille" remis en liberté

le
0
Joaquin Masanet est au coeur d'une enquête qui a coûté son poste à Bernard Petit, ancien patron du 36 Quai des Orfèvres.
Joaquin Masanet est au coeur d'une enquête qui a coûté son poste à Bernard Petit, ancien patron du 36 Quai des Orfèvres.

L'ex-policier Jo Masanet est de nouveau libre, après deux mois passés à Fresnes. L'ancien syndicaliste, qui a longtemps fait la pluie et le beau temps Place Beauvau, a été remis en liberté lundi soir, contre l'avis du parquet. Les deux juges d'instruction en charge de l'affaire ont décidé d'échelonner le paiement de sa caution, fixée à 50 000 euros. Jo Masanet n'a finalement eu à payer que 10 000 euros pour sa sortie, le règlement des 40 000 euros restants étant étalé dans le temps, à raison de 500 euros par mois.

Étrange tambouille financière

"Jo l'embrouille", comme on le surnomme, est au coeur d'une enquête qui a coûté son poste à Bernard Petit, ancien patron du 36 Quai des Orfèvres. Le patron de l'Anas, l'association qui gère les oeuvres sociales de la police, est soupçonné d'avoir activé des contacts au sein de la "maison Poulaga" pour renseigner l'ex-gendarme de Mitterrand, Christian Prouteau, impliqué dans un dossier de corruption avec l'escroc des stars, Christophe Rocancourt.

LIRE AUSSI : "Police : l'histoire vraie de Jo l'embrouille"

Les investigations ont aussi levé le couvercle sur l'étrange tambouille financière en cours à l'Anas, dont le siège situé à Joinville a vu défiler le ban et l'arrière-ban du ministère de l'Intérieur. Jo Masanet aurait ainsi détourné près de 300 000 euros des comptes de l'association, et obtenu le remboursement indu de frais de bouche pour plusieurs dizaines de milliers...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant