Affaire DSK : la droite sort de sa réserve et durcit le ton

le
0
Sarkozy appelle au «sang-froid» et à la «dignité», Fillon au «respect» dû à la «victime présumée».

À droite, le ton commence à se durcir. Pour la première fois, mardi, les deux têtes de l'exécutif se sont exprimées au sujet de l'«affaire DSK». Nicolas Sarkozy en creux, François Fillon plus directement. Recevant mardi matin à l'Élysée les dirigeants de la majorité, le chef de l'État a appelé au «sang-froid» et à la «dignité», en prenant garde de ne jamais prononcer le nom du patron du FMI, incarcéré à New York.

Alors que l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin commençait à évoquer l'affaire - un «séisme politique» qui laissera des «traces» -, le chef de l'État a coupé court: «Dans le contexte actuel, nous devons montrer sang-froid, courage, unité et, j'ajouterais, dignité, a-t-il lancé. Nous devons être un roc de solidité pour conduire le pays. Je ne pense pas cela depuis ce week-end. C'est ce que les Français attendent de nous.» Lundi matin, recevant le premier ministre et le patron de l'UMP à l'Élysée, Nicolas Sarkozy avait dé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant