Affaire des voyages en jet privé : non-lieu pour Nicolas Sarkozy

le , mis à jour à 14:27
5
Affaire des voyages en jet privé : non-lieu pour Nicolas Sarkozy
Affaire des voyages en jet privé : non-lieu pour Nicolas Sarkozy

Les juges d'instruction ont ordonné un non-lieu dans l'enquête sur les voyages en jet privé de Nicolas Sarkozy en 2012-2013, facturés à la société Lov Group de son ami Stéphane Courbit, selon plusieurs sources concordantes. Menacé d'un renvoi en procès dans l'affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy n'a jamais été judiciairement inquiété dans ce dossier, qui portait sur des soupçons, finalement non étayés, d'abus de biens sociaux au préjudice de Lov Group. Stéphane Courbit avait été entendu sous le statut de témoin assisté.

 

Me Christophe Ingrain, l'avocat de Nicolas Sarkozy réagit : «Je me réjouis de cette décision qui confirme ce que nous avons toujours dit, c'est-à-dire qu'il s'agissait d'un dossier sans aucun fondement et dans lequel il n'y avait aucune raison de mettre en cause Stéphane Courbit». Le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire en décembre 2014, en marge de l'affaire Air Cocaïne, l'enquête judiciaire menée à Marseille sur un vaste trafic international de drogue passée par la République dominicaine.

 

Trois vols concernés

 

Lors d'une perquisition dans les locaux de la société de transport aérien SNTHS, impliquée dans le trafic, les enquêteurs avaient découvert des factures adressées à Lov Group, dont trois concernaient des vols en jet privé de Nicolas Sarkozy. Ces vols avaient pour destination Doha (Qatar), où l'ex-président s'est rendu le 9 décembre 2012 pour un forum international sur le sport, les Etats-Unis le 30 janvier 2013 et Abou Dhabi (Emirats arabes unis) le 26 février 2013. Au total, dix vols pris en charge par Lov Group ont pu être recensés par les enquêteurs, pour un coût de plus de 500 000 euros, a indiqué une source proche du dossier.

 

Dès le départ de l'enquête, l'avocat de Stéphane Courbit avait justifié ces voyages par le projet de son client de créer un fonds d'investissement, Columbia, dans lequel Nicolas Sarkozy était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mary2776 il y a 2 mois

    çà va finir par une affaire des non-lieu?

  • M6679489 il y a 2 mois

    Pourquoi continuer à poursuivre les Politiques, puisque cela se termine toujours par un non-lieu !

  • rodde12 il y a 2 mois

    Il faut reconnaître qu'il est bien surveillé. C'est quasiment un certificat qu'il n'a pas fait d'excès de vitesse ni garé sa voiture sur un trottoir. On aimerait que tous les fichiers "S" soient surveillés comme ça.

  • 265023 il y a 2 mois

    puisque le non-lieu est distribué dans les paquets de Bonux au premier ma fieux ri p oux de France, quelques voyages en jet dans mes frais réels de ma prochaine déclaration d'impôt, pourquoi pas !

  • jfvl il y a 2 mois

    Zut ! Il va falloir trouver une autre affaire bidon !