Affaire des primes en liquide : Claude Guéant renvoyé en correctionnelle fin septembre

le , mis à jour à 16:04
2
Affaire des primes en liquide : Claude Guéant renvoyé en correctionnelle fin septembre
Affaire des primes en liquide : Claude Guéant renvoyé en correctionnelle fin septembre

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant sera jugé dans l'affaire des primes en liquide provenant des frais d’enquête et de surveillance de la police entre 2002 et 2004. Le parquet national financier (PNF) a annoncé mardi sa décision de renvoyer l'ancien ministre de l'Intérieur devant un tribunal correctionnel. il devra s'expliquer lors d'un procès qui se déroulera les 28 et 30 septembre puis le 1er et le 7 octobre. Le parquet financier a annoncé mercredi son renvoi pour recel de détournement de fonds publics, confirmant l'information du Monde . Claude Guéant risque jusqu'à dix ans de prison.

L’ex-préfet de police de Paris Michel Gaudin, qui est aujourd’hui directeur du cabinet de Nicolas Sarkozy, et trois autres préfets, ex-membres de ce cabinet, sont également cités directement devant le tribunal. Dans cette affaire, Michel Gaudin est renvoyé pour «détournement de fonds publics», Claude Guéant pour «recel» de ce délit et les trois préfets pour «complicité».

L'enquête portait sur les primes en espèces que se versaient des membres du cabinet de Nicolas Sarkozy quand il était place Beauvau. Les sommes étaient prélevées sur l'enveloppe des frais d'enquête des policiers. Le PNF reproche notamment à Claude Guéant d'avoir encaissé indûment des sommes comprises entre 240 000 et 288 000 euros. Un rapport d'inspection de juin 2013 révélait qu'il aurait reçu «à partir de l'été 2002 et au plus tard jusqu'à l’été 2004», quelque 10 000 euros en liquide par mois, prélevés sur ces frais d’enquête et de surveillance.

Pour Claude Guéant, l'affaire a commencé lors d'une perquisition à son domicile en février 2013 dans le cadre de l'enquête sur des soupçons du financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce jour-là, les policiers étaient tombés sur diverses factures pour des achats qui ont tous été payés en liquide. Claude Guéant s'était justifié en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3121282 le mercredi 27 mai 2015 à 16:21

    le ciel est bas, mais le plafond est plus bas encore

  • M940878 le mercredi 27 mai 2015 à 12:25

    Un jardinier à l'Elysée touche 8000€ par mois ...