Affaire des matchs truqués : Djokovic a été approché, Simon et Federer dubitatifs

le
0
Affaire des matchs truqués : Djokovic a été approché, Simon et Federer dubitatifs
Affaire des matchs truqués : Djokovic a été approché, Simon et Federer dubitatifs

Après le football et l'athlétisme, le tennis a lu aussi droit à son scandale. Selon la BBC et BuzzFeed News, pas moins de seize joueurs du Top 50 seraient concernés par des matchs truqués lors de la dernière décennie, dont des vainqueurs de Grand Chelem. Lundi, depuis Melbourne, le n°1 mondial Novak Djokovic a expliqué qu'il avait été approché en 2007 pour truquer des matchs. Gilles Simon et Roger Federer, eux, demandent à en savoir plus.

Alors que le monde du tennis et ses suiveurs semblent secoués par cette nouvelle affaire de matchs truqués, certaines têtes d’affiche du circuit ont livré leur première réaction lundi après leur entrée en lice à Melbourne. Le numéro 1 mondial, Novak Djokovic, a avoué avoir déjà été approché par des truqueurs, lors du tournoi de Saint-Petersbourg en 2007. « J'ai été approché indirectement, par l'intermédiaire de gens qui travaillaient avec moi à l'époque. Évidemment, nous avons immédiatement dit non. La personne qui essayait de me contacter n'est même pas arrivée jusqu'à moi ».

Gilles Simon, numéro 3 français, voit ces dernières révélations comme une façon de faire le « buzz » et veut en savoir plus. « C'est surtout pour faire le buzz. S'il y a des noms, qu'on les donne, nous serons ravis de les mettre dehors. Nous avons créé le comité d'éthique du tennis pour cela ». Le Niçois estime que l’objectif est de trainer le tennis dans la boue. « On a l'impression que quelqu'un veut faire du mal à notre sport, sans raison. Je trouve ça choquant. »

« Il n’y a rien de neuf dans ce qui a été révélé »

Pas surpris par une affaire qui avait déjà été évoquée il y a quelques années, Roger Federer a expliqué avoir appris la nouvelle samedi dernier. « J'ai été mis au courant que cette histoire allait sortir à nouveau samedi lors d'une réunion des joueurs. » Le joueur suisse regrette le moment choisi et aurait aimé avoir des noms précis. « Je trouve le timing regrettable pour l'Open d'Australie. Mais je connais le système. Il n'y a rien de neuf dans ce qui a été révélé. J'aurais aimé entendre des noms. Est-ce un joueur qui a été approché ? Ou son entourage ? On parle de vainqueurs de Grand Chelem impliqués dans ce scandale. Mais quel tournoi ? Le simple ou le double ? » Enfin, le Suisse a finalement jugé ces révélations bénéfiques pour la lutte contre la corruption. « Maintenant, il y a un côté positif dans ces révélations. Les instances vont redoubler d'efforts pour combattre ce fléau. Il est crucial que notre sport demeure propre. Sa beauté réside dans son incertitude. Le meilleur moyen de se défendre est de dire aux joueurs qu'ils ne pourront plus participer aux tournois professionnels s'ils sont convaincus de fraudes qui ne sont que des spéculations. »

Andy Murray, numéro 2 mondial, a pour sa part relayé l’article du média BuzzFeed via son compte Twitter.

Victor DEGIOANNI

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant