Affaire des corticoïdes : les joueurs du Racing 92 blanchis

le
1
Dan Carter, le 20 août.
Dan Carter, le 20 août.

Les trois joueurs avaient été auditionnés mercredi par la commission de lutte contre le dopage de la Fédération française de rugby. L’AFLD peut faire appel de cette décision.

Les joueurs du Racing 92 Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff ont été « lavés de tout soupçon » concernant la présence de traces de corticoïdes dans leurs urines à l’issue de la finale du championnat de France remportée face à Toulon en juin, a annoncé le club.

Les trois joueurs avaient été auditionnés mercredi par la commission de lutte contre le dopage de la Fédération française de rugby (FFR). « Comme nous l’avons toujours affirmé, Dan Carter, Joe Rokocoko, Juan Imhoff et Sylvain Blanchard le médecin du club n’ont donc pas commis la moindre infraction aux règlements, pas la moindre entorse à l’éthique », explique le club dans un communiqué.

L’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), qui avait diligenté le contrôle le 24 juin à l’issue de la finale du championnat remportée par le club de la région parisienne face à Toulon (29-21) le 24 juin, peut faire appel de cette décision de la commission de lutte contre le dopage de la FFR.

Carter, Imhoff et Rokocoko, trois cadres du Racing 92 décisifs lors de ce match, devaient s’expliquer sur la présence dans leurs urines d’un taux de prednisolone, un corticoïde, supérieur au seuil fixé par le code mondial antidopage. Celui-ci est fixé à 30 nanogrammes par millilitre, alors que celui de Carter, double champion du monde en titre avec les All Blacks et élu trois fois meilleur joueur du monde, était de 81, celui de Rokocoko (ancien All-Black) de 49 et celui d’Imhoff (international argentin) de 31, selon des documents p...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet il y a un mois

    blanchis!!!