Affaire des corticoïdes : la défense du Racing 92 à l'épreuve

le , mis à jour à 07:35
0
Affaire des corticoïdes : la défense du Racing 92 à l'épreuve
Affaire des corticoïdes : la défense du Racing 92 à l'épreuve

Des traces de corticoïdes dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff... L'information révélée par le journal « l'Equipe » a fait grand bruit et éclipsé d'un coup le derby contre le Stade Français cet après-midi au stade de Colombes (Hauts-de-Seine). Les contrôles des trois joueurs phares du Racing 92 se sont donc révélés positifs, anormaux pour reprendre la terminologie exacte, à ces médicaments anti-inflammatoires au soir de la finale du Top 14, remportée par leur club devant Toulon (29-21), le 24 juin dernier au Camp Nou de Barcelone. Les trois Franciliens semblent cependant avoir agi, selon la loi et les règles édictées par l'Agence mondiale antidopage (AMA). La prise de corticoïdes, dont l'usage suscite débat, est en effet autorisée mais dans certaines circonstances (voir ci-dessous). Explications.

 

Quel est le problème ? Après la finale du Top 14 au Camp Nou en juin dernier, tous les acteurs ont été contrôlés grâce à un accord bilatéral entre la France et l'Espagne signé voilà peu. Suivant la procédure mise en place, l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) a transmis à la Fédération française de rugby (FFR) les cas positifs non couverts par une AUT (autorisation à usage thérapeutique), déclenchant dans la foulée une enquête. Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff sont dans ce cas. Les traitements des trois joueurs avaient été signalés : une infiltration (par voie articulaire ou tendineuse) dans un genou pour Carter, dans une cheville pour Rokocoko, et spray nasal pour soigner un rhume pour Imhoff.

 

« Tous les trois ont consigné dans le procès-verbal de contrôle de la finale qu'ils avaient pris des corticoïdes lors des quinze jours précédant le match, explique Christian Bagate, le responsable antidopage à la FFR. Et, preuve de la bonne foi des Racingmen, leur médecin a lui-même déposé une déclaration d'usage pour bien spécifier tout cela. Ce que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant