Affaire des corticoïdes : « Je ne vois pas où est le problème », affirme Dan Carter

le
0
Dan Carter, le 20 août.
Dan Carter, le 20 août.

Dans un entretien au « Monde », le rugbyman néo-zélandais explique pourquoi il a pris des corticoïdes avant la finale du Top 14 opposant son équipe du Racing 92 à Toulon, le 24 juin. Il dit ne pas comprendre le débat que cela a suscité.

Jogging et sweat à capuche ample sur le dos, Dan Carter a reçu Le Monde, mardi 18 octobre, dans les locaux du Racing 92. Quelques heures plus tôt, son club venait d’annoncer que la Fédération française de rugby (FFR) le blanchissait, ainsi que ses deux coéquipiers, Joe Rokocoko et Juan Imhoff, dans l’affaire des corticoïdes.

Des traces de cet anti-inflammatoire, puissant antidouleur, avaient été retrouvées dans les urines des trois joueurs après la finale du Top 14, le 24 juin, qui opposait le club francilien à Toulon. A l’heure de s’exprimer pour la première fois sur cette affaire, le Néo-Zélandais n’affichait pas une joie débordante, visiblement fatigué de revenir sur une histoire dont il ne comprend pas qu’elle suscite tant d’interrogations.

La commission de lutte contre le dopage de la FFR vient de vous blanchir. Vous attendiez-vous à cette décision ?

Je n’ai pas été surpris. Nous savions que nous n’avions rien fait de mal et quelle serait la réponse. Mais la manière dont s’est déroulée cette histoire a été décevante, avec tout ce qui est sorti dans la presse. Des informations confidentielles ont fuité. C’est dur de devoir se défendre quand on n’a rien fait de mal. Vous savez, je tiens mon intégrité et celle de mon sport en haute estime. Je respecte les autorités qui aident à maintenir notre sport propre. C’est bien d’avoir reçu la décision, de pouvoir avancer et faire ce que j’aime, c’est-à-dire jouer au rugby.

Comprenez-vous que les gens soient surpris que trois jou...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant