Affaire des corticoïdes du Racing : « Ça y est, il y a une tache là ! », lâche Quesada

le , mis à jour à 09:51
0
Affaire des corticoïdes du Racing : « Ça y est, il y a une tache là ! », lâche Quesada
Affaire des corticoïdes du Racing : « Ça y est, il y a une tache là ! », lâche Quesada

Sans élever la voix, l'entraîneur franco-argentin a fait passer ses messages, hier soir, dans les entrailles du stade Yves-du-Manoir.

 

A quel point êtes-vous marqué par cette défaite ?

GONZALO QUESADA. C'est très cruel. J'avais du mal à trouver les mots dans le vestiaire. Tout ce que j'ai dit aux mecs, c'est qu'on ne regardera pas la vidéo de ce match pour ne pas se faire encore plus de mal. On va basculer sur la Coupe d'Europe où j'espère que notre rugby sera mieux récompensé. Mais, partir les mains vides d'un match où les joueurs ont dépensé autant d'énergie, c'est vraiment dur.

 

On vous sent fâché...

Franchement, si vous voulez vous régaler, regardez la dernière mêlée. C'est juste scandaleux que l'arbitre ne demande pas la vidéo.

 

Ces décisions arbitrales posent-elles problème ?

Le rugby est comme ça. Après, c'est un match qu'on aurait aussi pu gagner avant. Pour la petite anecdote : Sergio (Parisse) était en tribune puisque, mercredi matin, on lui a filé quinze jours de suspension (NDLR : pour un plaquage dangereux à Toulouse). Or, mercredi après-midi, on a reçu un mail de World Rugby (la Fédération internationale) concernant l'arbitrage pour bien préciser les directives qui s'appliqueront en Coupe d'Europe, notamment sur les plaquages dangereux. Eh bien l'exemple pour dire : surtout pas de rouge, c'est celui de Sergio ! C'est magique... Disons que, du coup, vous démarrez le match après un petit sentiment d'injustice.

 

Comment avez-vous vécu l'annonce, la veille du match, de l'affaire des corticoïdes touchant trois joueurs du Racing ?

Personnellement, je suis vraiment, vraiment triste pour Juan (Imhoff). J'imagine que c'est dur aussi pour les deux autres. Je voulais appeler Juan, mais comme on était la veille du match, c'était difficile. Je lui ai juste envoyé un message. Après, je ne connais pas les détails. Mais je trouve que certains parlent très vite. C'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant