Affaire Delarue : les coulisses glauques d'un trafic de coke

le
0
À la barre, de chics consommateurs ont décrit leur tragique dépendance.

Sur le banc des prévenus, dans la salle d'audience de la 12e chambre correctionnelle du tribunal de Nanterre, survêtements et sweats à capuche côtoient en un curieux mélange les sacs haute couture et les souliers vernis de ces dames, les costumes sur mesure d'hommes qui, ce matin, ont franchi le périph parfois pour la première fois. La cocaïne a transcendé les clivages sociaux et réuni banlieue et beaux quartiers pour les mettre en un seul rang face à la justice.

Mardi et durant toute la semaine, le «procès Delarue» doit déterminer la responsabilité de ces quelque vingt prévenus dans un vaste trafic de cocaïne à Paris et dans les Hauts-de-Seine, mettant en cause des personnalités du monde médiatique et artistique. La comparution de Jean-Luc Delarue, accusé d'achat et de détention de cocaïne après avoir été interpellé à son domicile en septembre 2010, où 15 grammes de drogue avaient été saisis, a été renvoyée au 1er février 2013 pour raisons de santü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant